15 octobre, tous mobilisés contre les traités de libre échange !

Depuis plusieurs années, les élus régionaux du groupe RCES ont pris part à la grande mobilisation contre le TAFTA,  projet d’accord  visant à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Aujourd’hui, grâce à la mobilisation, les négociations autour de ce traité ralentissent.

Mais pendant ce temps, l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain Si l’accord avec le Canada (CETA)  progresse, alors les multinationales n’auront même pas besoin du TAFTA  pour imposer leurs règles à notre démocratie,

Pour Monique Cosson, présidente du groupe RCES, « Ces traités représentent une menace pour l’agriculture, pour l’emploi, notamment industriel, pour la protection des données, pour la santé et l’environnement. Ils favorisent les investisseurs étrangers en confiant à des tribunaux privés le pouvoir de remettre en cause les législations des États et des collectivités. Ce n’est pas notre vision du monde. Nous devons tout faire pour que ces traités de libre échange ne viennent pas détruire nos modes de vie et notre environnement. »

Les élus régionaux RCES avaient déjà dénoncé ces traités en soumettant aux voix de l’assemblée régionale un vœu exigeant de placer la région Auvergne Rhône-Alpes comme territoire hors TAFTA. Ce vœu a malheureusement été rejeté malgré l’appui des élus communistes, avec l’abstention des groupes PS, PRG, FN et le vote contre de la droite.

Un pied dans l’institution, et l’autre dans la mobilisation, c’est dans la rue, aux côtés des collectifs et citoyens, qu’ils dénonceront à nouveau ces traités aux effets dévastateurs.