A45 : Laurent Wauquiez, Georges Ziegler et Gaël Perdriaux nostalgiques des années 70 ?

Le Maire de St Étienne, le Président du Conseil départemental de la Loire et le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes continuent leur acharnement thérapeutique sur le projet d’autoroute La Fouillouse – Brignais, nommé A45, pourtant en état de mort clinique.

Alors que ce projet, qui date des années « Pompidou » et de la philosophie du tout routier, ne répond pas au besoin des habitants, nos « pieds nickelés » du béton et du pétrole persistent dans leur entêtement pathétique.

En effet, les plus hautes autorités de l’État ont confirmé ce que les spécialistes de la mobilité disent depuis des années : une autoroute La Fouillouse-Brignais ne permet pas de réduire le temps de parcours entre St. Étienne et Lyon. Elle laisserait de côté les habitants de la vallée du Gier, principaux utilisateurs de l’A47. Et enfin, pour ne pas créer de catastrophe entre Brignais et Lyon (A450), il faudrait construire des infrastructures supplémentaires, pour près d’un milliard d’euros d’argent public. Dans ces conditions, pourquoi investir 800 millions d’argent public pour ce projet inutile ?

Le Préfet a annoncé étudier en ce moment les alternatives à l’A45. Les élu-s régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire avaient salué le rapport Duron et saluent aujourd’hui l’initiative du Préfet : on a assez perdu de temps avec cette chimère, il faut des solutions concrètes et efficaces.

Les autorités avancent enfin dans le sens du 21ème siècle : pas de deuxième autoroute entre Saint Étienne et Lyon. Les idées sur la table sont l’aménagement de l’A47 et des routes environnantes et l’amélioration de la ligne TER entre Saint Étienne et Lyon. Les élus RCES se retrouvent dans ces pistes de travail et sont prêts à faire des propositions allant dans ce sens au Préfet.

Jean-Charles Kohlhaas, élu RCES, membre de la commission transports réagit : « Cela fait longtemps que nous travaillons sur les alternatives à l’A45 car nous avons toujours été opposés à ce projet inutile, coûteux et destructeur de terres agricoles. Nous sommes aujourd’hui, plus que jamais, prêts à faire entendre notre voix dans le débat public. Comme le Préfet, nous pensons que l’aménagement de l’A47 est possible et nécessaire. Nous plaidons pour que la ligne TER soit renforcée et qu’elle offre un service de type RER, seule solution efficace pour les habitants. Nous souhaitons que puissent être mises en place des solutions de rabattement vers les gares, comme du transport par câble. »

Les élu-es RCES ont déposé un recours afin d’annuler le financement de l’A45 par le conseil régional (132 millions d’€). Ils sont aujourd’hui en attente de l’audience prochaine du tribunal administratif.