Session du 29 septembre 2017 : chronique d’une première assemblée plénière par Florence Cerbaï

Par Florence Cerbaï, nouvelle élue de l’Ardèche

 

Il est un peu moins de 10h quand j’arrive au conseil régional. L’hôtel de région à Lyon est un énorme bâtiment, non loin de la confluence du Rhône et de la Saône. Architecture soignée, verre et bois, arbres emprisonnés à l’intérieur d’un énorme hall vitré, retenus par des câbles. Des arbres hors sol, dont les racines n’assurent pas la stabilité.

En bas de ce très grand hall, qui forme un vaste plan incliné, c’est l’hémicycle, où j’irai m’asseoir avec les 203 autres conseillers régionaux d’Auvergne Rhône Alpes. Mais en attendant, un autre spectacle a commencé un peu plus haut, sur la mezzanine. Laurent Wauquiez reçoit les journalistes, il orchestre sa communication.

            «Si tout va bien pour Laurent Wauquiez, les journalistes n’auront peut-être pas le temps de vérifier»

A l’honneur aujourd’hui, un « plan Marshall sur les lycées », Il annonce « un formidable rattrapage, une situation affreusement dégradée, laissée par la précédente majorité » … Il égrène le nom des lycées dont il lance la restauration… En y regardant bien, il ne mettra pas plus d’argent que les socialistes avant lui, mais peu importe la vérité. Ici, on fait exercice de communication ! Si tout va bien pour Laurent Wauquiez, les journalistes n’auront peut-être pas le temps de vérifier… Il tente le coup, ça peut marcher !

Je m’approche du service de presse et demande un dossier. « Nous ne le distribuerons qu’à la fin de la conférence de presse… » la justification est un peu courte, les journalistes épluchent déjà le dossier, qui me sera remis quelques minutes plus tard… Peut-être l’armée de chargés de comm du Président s’inquiète-t-elle d’une intervention intempestive… La véracité de ce plan Marshall pourrait-être, pour eux aussi, une affaire de point de vue…

10h10, il est temps d’abandonner cette charmante opération de communication pour  une douzaine d’heures d’assemblée plénière.

Les conseillers s’installent sur les larges bureaux en formica « couleur » bois, assemblés en demi-cercle. Devant nous, deux écrans géants, qu’il nous faudra supporter pendant les heures qui viennent. Nous ne sommes pas si loin les uns des autres, mais la communication, ici passe par l’écran : une autre forme de mise en scène du jeu politique.

Aujourd’hui, Laurent Wauquiez change ses vice-présidents, certains viennent d’être élus députés, et sont frappés par la loi sur le cumul des mandats, mais avant cela nous votons pour désigner les élus à la « commission permanente ».

La commission Permanent dite « CP », qu’est-ce que c’est ? Elle est constituée de 60 conseillers régionaux qui examinent et votent l’ensemble des subventions et de l’argent dépensé par la région. Le plus petit groupe politique à un élu, nous en avons deux, tandis que le plus grand groupe politique en compte une vingtaine. 6000 pages de rapports à éplucher et à discuter après l’assemblée plénière,.Ce soir ce devrait être après minuit. Chaque groupe présente une liste, et les élus sont désignés par un vote à la proportionnelle.

Trois élus socialistes demandent à créer une liste autonome « en marche » une petite trahison apprise le matin même à 8H,

Ce devait être une simple formalité, mais trois élus socialistes ont demandé à créer une liste « En Marche » alors il va falloir voter à bulletin secret. Un isoloir en carton s’installe dans l’assemblée et la séance est suspendue. Une heure pour permettre au PS de se remettre de cette petite trahison de 3 des leurs, une trahison apprise ce matin même. Il leur faut reconstituer leur liste. Cela ira-t-il dans les prochaines semaines jusqu’à la constitution d’un groupe autonome piochant dans les rangs des conseillers UDI inscrits dans la majorité, cela se dit… Mais Laurent Wauquiez tient bien ses troupes, à suivre…

Il est temps pour nous de nous retrouver un moment dans les locaux du groupe, deux étages plus haut.

Une forte sensation de hors sol

Quand on marche dans les couloirs interminables de la Région, dans les passerelles ou dans les ascenseurs, on ressent là aussi, une forte sensation de hors sol.

Une sensation amplifiée sûrement par le lieu où je vis : en Ardèche, non loin des Gorges ; je porte presque toujours des chaussures de randonnées, car le simple fait d’aller à ma voiture en marchant dans les cailloux et les rochers les recouvrent imparablement d’une poussière blanche.

Ici, cette poussière blanche sur des chaussures, (que j’ai pourtant troquées contre un modèle urbain), n’est pas à sa place. Comme si la réalité du monde extérieur ne peut s’inviter sur ces carreaux bien lisses. Il faut s’approcher des troncs d’arbres, emprisonnés dans le patio pour s’assurer qu’ils sont bien en bois, bien vivants ou survivants. Image d’une humanité et d’une nature mise en cloche, bien proprement… mais pour combien de temps encore ?

La séance reprend sur une sonnerie stridente.

« Laurent Wauquiez Préside, ravi d’être au centre de l’attention générale »

Nous commençons à examiner les dossiers. Laurent Wauquiez préside, à l’aise, ravi d’être au centre de l’attention générale, distribuant bons et mauvais points… Une de ses vice-présidente, inattentive, qui avoue n’avoir pas écouter un amendent, se fait tacler « un minimum de respect veut que vous écoutiez les amendements » … On ne peut qu’être d’accord… Pour autant tout le travail des groupes d’opposition pour amender les textes est très largement balayé, cinq amendements seront acceptés durant toute la session sur plus d’une centaine proposés…

Alors de quoi parle-t-on dans cette assemblée régionale ? Pour faire simple : de la manière dont vont être dépensés les plus de 3 milliards d’argent public gérés par la Région chaque année. Pour cela, le président et ses vices présidents proposent au vote des « délibérations » : de grandes orientations dans cette dépense publique. Nous pouvons tenter de les améliorer en les amendant, mais la large majorité dont dispose le Président Wauquiez ne l’amène pas à beaucoup de concession avec ses opposants.

La première délibération proposée au vote est appelé pompeusement « reconquête des déserts médicaux ». Passés les délires passéistes du FN, qui veut « remobiliser l’ensemble des médecins à la retraite », … Le PCF qui espère (avec nous) encore des centres de santé publics… Reste la réalité de zone urbaines ou rurales, sans spécialistes avec peu de généralistes, pas assez pour une population vieillissante.

Mais nous le savons tous, tant que le numérus clausus n’augmente pas, tant qu’on ne forme pas plus de médecins, nous ne ferons que déplacer le problème, chaque territoire tentant d’attirer des médecins qui manqueront de toute façon ailleurs !

Avant de soigner il faut arrêter d’empoisonner

De notre côté, nous rappelons qu’avant de soigner il faut arrêter d’empoisonner : perturbateurs endocriniens, agriculture chimique, salariés de l’industrie mal protégés : Myriam Laïdouni Denis rappelle que les vraies économies viendraient de la prévention.

Il est environ 14h00, quand nous finissons l’examen de cette délibération. Dans le patio des représentants des AOC et AOP de la région sont venus faire goûter leurs produits aux élus. Beaucoup de retraités passionnés par leurs vins, fromages, châtaignes ou quenelles portant le costume de leur congrégation, et qui tentent de rappeler que notre Région, c’est aussi un véritable patrimoine culinaire… Mais pour la nourriture comme pour le reste, ce qui se montre n’est pas, hélas, toujours ce qui se vote dans l’assemblée… Nous le verrons un peu plus tard…

« Qu’une région qui refuse d’accueillir des réfugiés s’appelle « région solidaire » c’est de la tartufferie

Reprise de séance avec un nouveau titre pompeux. Nous examinerons une délibération nommée « région solidaire » … et là ça ne passe plus. Qu’une région qui refuse d’accueillir des réfugiés sur son territoire, qui baisse ses subventions en fonctionnement aux associations d’aide aux plus démunis, adopte ce titre, c’est de la tartufferie, L’une de nos élues : Myriam Laidouni Denis, propose donc de renommer la délibération «  région charitable »

Avant cela, nous avons bien sûr vu le FN demander que seules les associations  « locales » intervenant pour des « bénéficiaires locaux » puissent être soutenues par la région… les autres peuvent mourir de faim ou de froid, la région ne doit pas mettre un sou ! Sur ces amendements Laurent Wauquiez se montre compréhensif. Il flatte le FN, les défend même contre nos interventions…

 

Il est 16H30 : pause déjeuner.

Avec Laurent Wauquiez, élus ou pas il faut s’habituer « à une cadence soutenue », sans aucun respect des rythmes biologiques. Il y a une certaine justice à voir que Laurent Wauquiez ne fait dans la dentelle avec personne, et applique déjà aux élus ce qu’il rêve d’appliquer aux salariés.

Retour en séance pour examiner les orientations budgétaires pour 2018 avec un travail encore plein de précision de Jean Charles Kohlhaas.

 

Agriculture chimique et tourisme ne font pas bon ménage

Nous passons ensuite à une nouvelle délibération marketing de Laurent Wauquiez « créer une vallée mondiale de la gastronomie et de l’oenotourisme en Auvergne Rhone Alpes ». Un label sans critères…

Je présente un amendement pour la mise en place de critères de qualité et pour que le tourisme ainsi orchestré booste l’agriculture bio et je rappelle qu’agriculture chimique et tourisme ne font pas bon ménage… amendement rejeté, là encore.

Difficile dans ces conditions de laisser Wauquiez dérouler sa communication, nous nous abstenons.

 

Comme les hommes, les arbres doivent rester débout

C’est le soir, nous parlons filière bois avec une délibération pour une fois sobrement nommée, où presque rien ne manque : un vrai travail qui prend en compte la diversité des forestiers et des forêts en Auvergne Rhone Alpes…  Comme quoi, on ne critique pas tout !

Fabienne présente un amendement qui rappelle que la commande publique doit soutenir le bois local.

J’interviens sur la nécessité de former les forestiers à une gestion des forêts en futaie irrégulière.

La Vice-Présidente qui considère avoir suffisamment travaillé sa délibération n’acceptera qu’un  amendement du groupe socialiste  sur le bois local. «Tout est déjà dans le plan !»... Pas franchement, mais on comprend que la droite est allée déjà bien loin : pas d’aide aux coupes blanches, aides aux forestiers pour les débardages à cheval, au treuil, au ballon… Bref c’est déjà ça.

 Nous votons pour, sur une très belle intervention de Corinne, qui nous rappelle que comme les hommes, les arbres doivent rester débout

Vous avez déjà arrêté de lire mon compte rendu ? vous n’en pouvez plus et cela ne fait que 10 minutes que vous êtes sur cet article… Pour nous il est à présent 22h et il faut maintenir l’attention.

Nous passons à ce fameux plan Marshall que j’évoquais en introduction, je laisse Monique Cosson en parler. Nous déposons 4 amendements, deux seront retenus.

23H45 l’heure du repas. La majorité dine près de l’hémicycle et profite d’un buffet. Les autres élus montent à la cantine. Après une demi-heure d’attente, nous pourrons enfin attraper nos plateaux, hélas trop tard ! La sonnerie retenti, la séance, reprend… Laurent Wauquiez s’énerve de ne pas voir ses brebis rentrer à l’assemblée, 10 minutes de repas avec sonnerie donc… Il faut s’habituer au « Wauquiez style » !

Retour en séance, c’est le moment des vœux.

Une conseillère régionale LR anone un vœu sur le soutien à la filière hydroélectrique : elle doit découvrir le texte en le lisant… Nous avions proposé un soutien aux salariés de Général Electric, qui fabrique des turbine hydroélectrique en Isère: 300 emplois sont menacés dans la région de Grenoble. Avec ce veux de l’UDI qui ne nomme pas le problème, la majorité veut s’exprimer sans se mouiller…

Réponse au tac au tac de notre élue Emilie Marche qui suit le dossier et se mobilise au côté des salariés.

Lors des vœux, le FN tente un plaidoyer pour un nouveau quartier découvert sur le site archéologique de Vienne… Hélas, le malheur des copiés-collés leur fait terminer ce vœu par « la nécessité de soutenir les forces de Police ». Une cotte de maille complète de légionnaire a été découverte sur le site, peut-être faut-il chercher là le lien entre force de police et archéologie ? Avec le FN, on ne se sait jamais !

« S’il y a une chose sur laquelle tous les élus du conseil régional semblent actuellement d’accord c’est sur la critique du gouvernement… »

Nous présentons enfin un vœu avec le PRG sur la nécessité de sauvegarder les contrats aidés. Et là, surprise : le vœux est adopté !.

Tout le monde est d’accord, surtout Wauquiez en campagne contre Macron et ces affreux Parisiens… (Il oublie un peu vite, qu’il vient de dire dans les médias, qu’il était chez lui à Paris…) Bref, ça n’est pas les 3 élus de la république en marche, et le proto groupe qu’ils viennent de monter, qui s’y opposera.

Vous m’avez lue jusqu’au bout ! Bravo… Il est minuit quarante, l’assemblée plénière se termine, la commission permanente commence…

6000 pages à examiner pour les élus qui restent : le destin d’associations et de collectivités entières voté en survol au milieu de la nuit…

Par respect pour eux et pour les heures passées à monter leur projet, peut-être faudrait-il changer un peu ce timing !