Corinne Morel Darleux fait adopter un voeu pour la sauvegarde de la ligne des Alpes

 

Monsieur le Président,

Madame la Vice-Présidente,

Ce vœu ne vous surprendra pas. Vous connaissez notre attachement aux lignes du quotidien et en particulier à l’Etoile de Veynes, véritable carrefour ferroviaire qui permet de franchir les Alpes et de relier Marseille, Valence, Grenoble et Briançon.

Sans la formidable mobilisation des usagers et acteurs locaux, ces lignes seraient fermées aujourd’hui.

En effet, d’années en années, faute d’investissements, le service s’y est dégradé, entraînant la colère légitime des usagers. Refusant l’enclavement et le tout-automobile, ils se sont renseignés, démenés, ont mobilisé les élus, se sont manifestés, et cette mobilisation a payé.

Après des années de tergiversations, l’Etat, les Régions Auvergne Rhône Alpes et PACA, les départements et collectivités locales se sont engagés à financer la régénération de ces lignes.

Mais une ligne est encore menacée. Celle entre Grenoble et Gap.

Car la Ministre Elisabeth Borne indique aujourd’hui que le financement de 40 % sur lequel l’Etat s’est engagé n’interviendra que lors du prochain CPER, soit pas avant 2021.

Or la ligne Grenoble-Gap ne peut pas attendre. La SNCF le dit elle-même, il existe un fort risque de suspension dès 2020.

Autrement dit c’est une ligne historique, qui a demandé pour sa construction, il y a 140 ans, 8 années de travaux, 15 viaducs et 5 ponts, qui serait rayée. Et avec elle, les 1.000 usagers qui utilisent cette ligne chaque jour pour aller travailler, étudier, voir des amis ou randonner.

On parle là de territoires ruraux, de montagne, de lieux de vie déjà fragilisés par la disparition des services publics. Nous ne pouvons pas laissez faire ça. Nous demandons à tous les élus régionaux de joindre leurs voix pour demander à l’Etat d’engager dès maintenant son financement pour sauver la ligne des Alpes.

Merci.