Une « culture tout terrain » pour s’adapter à la crise sanitaire

La crise sanitaire et les mesures de protection qui en découlent nous obligent à nous adapter, à être inventifs et à innover en matière de politiques publiques.

Le secteur culturel est particulièrement impacté par les mesures sanitaires. Les musées, les cinémas, les théâtres et les salles de concerts sont toujours fermés. Les grands festivals estivaux n’auront pas lieu. Si la Région Auvergne Rhône Alpes a renforcé le fonds régional d’urgence culture, les élus régionaux du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire pensent que la collectivité peut aller plus loin en adaptant ses politiques culturelles notamment en matière de spectacle vivant.

Myriam Laïdouni Denis, élue régionale RCES et membre de la commission culture précise : « On a besoin de culture pour penser et panser le monde, tresser nos imaginaires pour faire société. Afin d’éviter la « famine artistique » néfaste tant pour les spectateurs que pour ceux qui font la culture, la Région doit faire preuve de créativité. Pour contribuer nous avons proposé un dispositif de soutien à la création et diffusion des  projets qui épousent les critères imposés par la pandémie : multiplication des séances, petite jauge, petite formation sur scène , capacité en particulier à s’adapter aux lieux pas forcément dédiés au spectacle mais compatibles avec les règles sanitaires, maillage du territoire pour éviter les déplacements du public notamment dans les zones rurales. Certaines formes de spectacles peuvent s’adapter à ces contraintes. Cette « culture tout terrain » souvent discrète, peu reconnue, pas toujours soutenue, existe déjà! Elle répond aux enjeux d’une politique culturelle prônant l’accès à tous et partout. Avec ou sans virus, son rôle est essentiel.”