Dec 2019 – Jean-Charles Kohlhaas sur le budget 2020 « La quantité ne fait pas la qualité »

 

M le Président, M. le vice-président,

Pendant des semaines vous avez saturé l’espace public des auvergnats et des rhônalpins avec des encarts publicitaires qui affirmaient « Auvergne-Rhône-Alpes, la Région la mieux gérée de France, selon la cour des comptes ».

J’ai donc écrit à Didier Migaud, 1er président de la cour des comptes, pour lui demander à quel endroit de son rapport se trouvait cette appréciation, vu que j’avais beau le lire et le relire, je ne la trouvais pas…

Il m’a répondu, qu’il n’en était rien, que la cour des comptes ne classe pas les collectivités et ne porte pas de jugement de valeur, je cite « si l’ensemble des constats fait l’objet d’une synthèse, celle-ci n’a pas pour autant vocation a établir un quelconque classement entre collectivités de même nature ».

Que dit alors le rapport de la cour des comptes ?

Il constate que vous investissez plus année après année. Quand il s’agit d’investissement sur le développement des routes, sur l’utilisation de l’hydrogène pour la mobilité individuelle, ou encore d’investissements pour des hôtels 5 étoiles et des terrains de golf, pour des canons à neige artificielle… quand les investissements sur la transition écologique et l’adaptation au changement climatique sont, quant à eux, en baisse, on comprend vite que le « plus » n’est pas le « mieux ».

Il constate aussi que vous baissez plus les dépenses de fonctionnement. Mais au-delà de quelques petites économies utiles, qui ont rapporté quelques millions à la Région, pour atteindre les 300 millions de baisse de fonctionnement il vous aura fallu sabrer dans les services rendus aux habitants. Plus de suppressions de formation pour les chômeurs, plus de suppressions de guichets, de gare, de trains du quotidien…bref plus d’austérité.

Le rapport constate aussi que vous maîtrisez plus encore la dette. Mais une Région doit investir pour des équipements qui ont une durée de vie de 20, 30, 40 ans. Alors que les taux d’intérêts sont nuls, l’immense majorité des économistes, même orthodoxes, soutient l’intérêt de profiter de la période pour s’endetter plus pour investir plus pour l’avenir.

 

On le voit, vous faîtes une erreur sémantique. Vous confondez « mieux » et « plus ». Vous mélangez « qualité » et « quantité ». C’est une erreur totalement assumée par la finance ordo libérale. Mais aussi rejetée par les chefs d’entreprises de l’économie réelle et qui est déplacée dans la gestion de l’intérêt général des habitants.

La cour des comptes aurait aussi pu juger que notre Région sera celle qui aura le plus augmenter ses dépenses de communication et de promotion. Mais il est très difficile de le lire dans les documents budgétaires, c’est bien « caché ». En revanche, tous les habitants de notre région en sont témoins.

Alors quand vous faites de la publicité en confondant mieux et plus, en confondant qualité et quantité, vous faites donc de la publicité mensongère. Mais nous sommes persuadés que c’est une erreur, une faute sémantique, et non une volonté de travestir, de falsifier le rapport de la cour des comptes.

Nous présenterons donc des amendements qui n’ont pas pour objet de faire du plus, mais de faire du BIEN. Les habitants de notre région n’attendent pas plus de projets inutiles, destructeurs de leur environnement et de leur santé. Ils n’attendent pas plus de fractures, pas plus de boucs émissaires, pas plus de division entre les territoires, les groupes humains. Ils attendent plus de bien vivre, plus de LIEN. Du lien entre les territoires, du lien entre les groupes humains. Ce sera le fil rouge de nos amendements.

Permettez-moi de conclure par une citation, non pas d’un grand auteur, mais de ma grand-mère. Bien qu’il me semble que toutes nos grand mères nous l’ont dit un jour, à chacun d’entre nous : « le mieux est l’ennemi du bien »…