Déviation de la RN 88 : les élus régionaux RCES dénoncent les dégâts environnementaux et demandent qu’une solution alternative conciliant respect de l’environnement et besoin des habitants soit trouvée.

Le 17 juin agriculteurs, environnementalistes, riverains manifestaient au Pertuis (43) pour protester contre le projet de déviation de la RN 88 et la création d’une deux fois deux voies. Demain, samedi 4 juillet, ils se retrouveront près de St Hostien, sur des terres agricoles pour appréhender une partie de l’étendue des atteintes à l’environnement.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaires soutiennent la mobilisation et seront représentés sur place par Myriam Laïdouni Denis, conseillère régionale de l’Isère qui connait bien le secteur pour l’avoir habité.

Dans l’enceinte du conseil régional, les élus RCES se sont élevés contre le financement de cette déviation. Les routes nationales sont de la compétence de l’Etat. Alors que la Région doit concentrer son investissement sur le rail, il est inacceptable de mettre 236 millions d’€ pour une route nationale. Notre réseau de TER et notamment les lignes auvergnates ont besoin du soutien financier de la Région pour des travaux de modernisation.

Aujourd’hui, les élus RCES se retrouvent aux côtés des acteurs locaux dans leur grande diversité dénonçant un projet qui va causer des dégâts environnementaux, agricoles et paysagers considérables. Son emprise est de 140 hectares dont 80 hectares de terres agricoles, des zones humides vont être détruites, certains agriculteurs vont perdre leur accès à une source…  La création d’une deux fois deux voies constitue réellement un projet du passé. Elle a été imaginée dans les années 90. Alors que l’Etat n’a jamais donné suite, le conseil régional de Laurent Wauquiez a relancé le projet à coup de financement massif.

Myriam Laïdouni-Denis d’ajouter :  » Il est plus que jamais temps de faire preuve de raison et de responsabilité, d’écoute des ceux qui vivent sur ce territoire. Des solutions alternatives doivent être explorées afin de concilier respect de l’environnement que nous dépendons tous et les légitimes besoins des habitants des communes de St Hostien et du Pertuis à faire cesser les nuisances dues à la circulation qui coupe en deux leurs communes.  »

 

(*) Notamment : « La prévision de l’impact sur l’environnement des initiatives et des projets requiert des processus politiques transparents et soumis au dialogue », ou encore : « L’attention portée aux invertébrés, petits et mal-aimés et pourtant si essentiels, eux aussi, à la biodiversité qui rend possible la vie humaine sur Terre »