Les droits des femmes en question en Auvergne Rhône-Alpes

Le groupe du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire est le groupe le plus féminin du conseil régional avec  75% de femmes.

En cette journée internationale des droits des femmes, les élu-es RCES font l’amer constat que les droits des femmes en Auvergne Rhône-Alpes ne sont absolument pas une priorité pour l’exécutif régional.

D’abord sur les postes à responsabilité…

Si le scrutin de liste paritaire à la proportionnelle permet à notre assemblée de compter autant de femmes que d’hommes, cette parité disparait au sein de l’exécutif. En effet, sur un collège de 23 Vice-Président-es et conseillèr-es délégué-es, on compte 9 femmes pour 14 hommes. On note aussi que la plupart des cumulards de cet exécutif sont des hommes. Mais c’est bien connu, ils savent faire plusieurs choses en même temps !

Pour les élu-es RCES, la parité en politique est un principe incontournable. Il assure une juste représentativité de notre société.

Ensuite sur les actions…

La région Auvergne Rhône-Alpes compte de nombreuses structures qui assurent au quotidien la promotion,  le respect des droits des femmes. Pourtant, depuis l’arrivée de Laurent Wauquiez, ces structures ont de plus en plus de mal à trouver les financements pour fonctionner normalement. Le planning familial a vu sa subvention baisser de 30 %. Le CIDFF Isère a perdu quant à lui 90%  de son financement provoquant ainsi sa mise en liquidation judiciaire le 8 septembre 2016 et par conséquence la disparition de l’association qui a mené tant de combats. Le dispositif Pass Contraception est toujours en sursis.

Ces structures accompagnent au quotidien les femmes dans leurs choix, les poussent vers l’autonomie et ont des missions d’information au grand public. Pour les élu-es RCES, ces baisses sont un très mauvais signal. La région n’est pas à la hauteur des enjeux.

Enfin, un manque cruel d’ambition et d’engagement…

L’égalité femme-homme, l’émancipation, la lutte contre le sexisme … sont des combats toujours d’actualité. Pourtant, une fois de plus, la région de Laurent Wauquiez est aux abonnés absents. La quinzaine de l’égalité femme-homme, mise en place par l’ancienne majorité rhônalpine n’a pas survécu. Le rapport « égalité femme-homme » qui est une obligation légale n’a pas encore été présenté devant notre assemblée.

Aucun signal n’est envoyé en faveur de l’égalité femme-homme. Et pourtant, il y a tant à faire !