Ecopla : soutien au projet de SCOP devant le tribunal de commerce

 

Le 16 juin 2016, le Tribunal de commerce de Grenoble a écarté l’offre de rachat de l’entreprise Ecopla par ses salariés en SCOP. Il a été préféré le choix de l’Italien CUKI, concurrent direct d’Ecopla. Son projet : la mort de son concurrent français, pas de reprise des salariés, ni des locaux, et le rapatriement des machines en Italie.

Mercredi 5 octobre, aura lieu à Grenoble l’appel de cette décision.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES), continuent de soutenir les salariés dans leur combat. Après avoir fait passer un vœu de soutien à l’assemblée régionale de juillet dernier et avoir rendu visite aux salariés sur leur site, ils seront présents mercredi au tribunal de commerce de Grenoble.

Pour Emilie Marche, élue RCES iséroise « Il s’agit de protéger les emplois régionaux face à la finance internationale. Dans un contexte de mondialisation accélérée, nous devons défendre le savoir-faire Français, Ecopla étant le seul fabricant national de barquettes en aluminium (recyclées à 40%). Cette entreprise, située dans une commune de 1400 habitants contribue à la vitalité des territoires trop souvent abandonnés. »

Pour Andréa Kotarac, élu RCES et membre de la commission économie : « Le passage en SCOP permettrait aux ex-salariés d’être associés à toutes les décisions et de mettre en place un mode de gouvernance coopératif et participatif. Les élus régionaux vont avoir à se prononcer sous peu sur le schéma régional de développement économique (SREDII). Nous défendrons un droit de préemption des salariés à racheter leur entreprise. Ainsi, ils pourront choisir de racheter leur outil de travail avant d’autres offres éventuelles. »

Alors que l’ancien ministre de l’économie Emmanuel Macron a reconnu récemment ses erreurs dans ce dossier, nous espérons que le jugement de mercredi sera favorable aux salariés.

6 élus du groupe RCES (Emilie Marche, Myriam Laïdouni Denis, Andréa Kotarac, Corinne Morel Darleux, Jean-Charles Kohlhaas et Fabienne Grébert)  seront présent mercredi, devant le tribunal de commerce de Grenoble à 13 h.