Les élu.e.s

MoniqueCosson

Monique Cosson
élue de la Métropole de Lyon
présidente du groupe

Commissions : Formations initiales et lycées, Santé, famille, handicap, autonomie des aînés.

> contact : monique.cosson@auvergnerhonealpes.eu


Éducatrice en psychiatrie auprès d’enfants autistes, elle décide de s’engager dans le syndicalisme.

Fédérer les énergies

En 1994, sa municipalité de Sainte-Foy-lès-Lyon avait fermé la bibliothèque de quartier. Parent d’élève, Monique Cosson s’active pour recréer une bibliothèque. « Nous avons travaillé avec la crèche du coin, les écoles ou l’association de quartier… Ce qui comptait pour moi dans ce projet, c’était de fédérer des énergies d’un même endroit. C’est une question de proximité et de lien social. »

Adhérente des Verts depuis 2005, elle intègre la liste Europe Ecologie de 2010 et devient conseillère régionale et présidente de la commission Lycée.

En 2015, seconde sur la liste du Rassemblement dans la Métropole de Lyon, elle est élue parmi le groupe de 8 élus dont elle prend la présidence.


> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

JeanCharlesKohlhaas_250

Jean-Charles Kohlhaas
élu du Rhône
porte-parole du groupe

Commissions Transports, aménagement du territoire et infrastructure,  Finances et administration générale.

> contact : jean-charles.kohlhaas@auvergnerhonealpes.eu


Soins aux malades, batailles électorales, transport ferroviaire : quand Jean-Charles Kohlhaas s’engage, c’est à 100 % et avec passion.

Élu du Rhône, Jean-Charles Kohlhaas mène des batailles électorales avec les Verts depuis 2001. Il fût la cheville ouvrière de la liste autonome écologiste aux régionales de 2004 en Rhône-Alpes. Cette liste dépasse les 10% et Jean-Charles Kohlhaas devient conseiller régional. Réélu en 2010, aux côtés de Philippe Meirieu (17,8%), il devient co-président du groupe des élus EÉLV à la Région en 2013. Spécialiste des transports collectifs, il préside la commission transports à la Région Rhône-Alpes de 2010 à 2015.

En 2015, il est choisi pour mener la liste régionale du Rassemblement citoyen, écologique et solidaire. Il bat campagne pendant de longs mois sur le thème du bien vivre et traverse les 13 territoires de la grande région.


> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

CorinneMorelDarleux_250

Corinne Morel Darleux
élue de la Drôme
porte-parole du groupe

Commissions Tourisme et thermalisme, Montagne Agriculture, ruralité, viticulture, forêt, alimentation.

> contact : corinne.morel-darleux@auvergnerhonealpes.eu


D’inspiration écolo-radicale, Corinne Morel Darleux défend la transition écologique et la révolution citoyenne.

Elle est l’une des co-fondatrices du Parti de Gauche, secrétaire nationale du PG en charge de l’écologie puis de l’écosocialisme de 2008 à 2014. Titulaire d’un doctorat britannique (PhD) et ancienne consultante auprès de multinationales, elle décide en 2006 de changer de vie et intègre la fonction publique. Elue conseillère régionale en 2010, elle connait bien les problématique des zones rurales et agricoles. Elle milite pour la prise en compte dans un même projet des questions de justice sociale, des défis climatiques, environnementaux et démocratiques. Elle a ainsi coordonné le Manifeste pour l’écosocialisme et de sa diffusion auprès d'une quinzaine de partis politiques issus de dix pays européens.

Porte-Parole régionale du Rassemblement et tête de liste dans la Drôme, elle est est réélue le 13 décembre 2015 et rend compte régulièrement de ses activités et réflexions politiques à travers ses chroniques sur Reporterre, des compte-rendus de mandat radiophoniques sur Radio Diois, et des récits de la Région sur son blog.


> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

rss-logo_vs sur son blog


Fabienne Grébert

Fabienne Grébert
élue de Haute-Savoie

Commissions Environnement, développement durable, énergie, Numérique.

> contact : fabienne.grebert@auvergnerhonealpes.eu


Fabienne Grébert, annécienne de 50 ans, vit son engagement quotidiennement, puisque son métier de consultante-formatrice l’amène à faire, depuis 9 ans, la promotion du développement durable dans les entreprises et auprès des étudiants.

Adhérente du récent parti Nouvelle Donne, sa volonté d’agir pour l’intérêt général ne date pas d’hier. Elle a été Présidente de l’Association Karapat (crèche itinérante) de 2005 à 2012 et Administratrice de de l’association Prioriterre depuis 2010.

Son engagement dans le Rassemblement était une évidence : pour elle, «cette liste est une mosaïque de parcours, et de combats. Ce sont des femmes et des hommes engagés pour faire barrage au FN et à la politique de Laurent Wauquiez qui n’a jamais conduit, depuis tant d’années à la prospérité. Le rassemblement incarne une nouvelle manière de faire de la politique , la mise en pratique de la démocratie participative et la poursuite systématique de l’intérêt commun et de l’intérêt général. »

Ancienne directrice adjointe d’une PME, elle veut faire de la commande publique et des subventions publiques un levier d’action en faveur de l’innovation et de l’emploi local.

Tête de liste en Haute-Savoie, puis élue, elle fait du combat contre la pollution une de ces priorités, notamment pour protéger les plus vulnérables (les enfants, les personnes âgées et les plus démunis).

> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

rss-logo_vs sur son blog

myriamlaidounidenis250

Myriam Laïdouni-Denis
élue de l'Isère

Commissions Affaires culturelles, Sécurité, Relations internationales et accords agricoles.

contact : myriam.laidouni-denis@auvergnerhonealpes.eu


Chanteuse Lyrique et comédienne

Dans le cadre de sa profession, chaque semaine depuis 1993, elle incarne une « fée » auprès d’enfants hospitalisés atteints de cancers, pour une association qu’elle a fondée avec des pédiatres cancérologues.

 

 

Issue d’une famille franco-algérienne, elle s'est engagée très jeune pour l’égalité des droits et la justice sociale. Sa formation artistiques, ses études universitaires d’ethnologie axées sur les cultures et les voyages qu’elle a entrepris, sont pour beaucoup à l’origine de son investissement politique sur les questions culturelles et internationales.

 

Elle vit depuis 15 ans en milieu rural et participe activement à la vie associative locale, que ce soit comme déléguée de parents d’élèves, membre d’une AMAP ou de réseaux de diffusion culturelle. Elle milite également au sein des collectifs « Stop Gaz de schiste » et anti-TAFTA, elle est mobilisée contre le projet de Center Parc des Chambaran, territoire où elle réside.

 

En 2011, convaincue que la préservation de l’environnement est indissociable d’un meilleur partage des richesses au niveau local et mondial , elle a rejoint EELV. Pour elle, militer pour une société plus solidaire signifie aussi bien défendre la place des agricultures locales et la souveraineté alimentaire des peuples, qu’encourager la création d’emplois non délocalisables dans les domaines de l’isolation thermique, de l’énergie ou du réemploi. Porte parole EELV 38 jusqu’à son élection en décembre 2015, elle consacre à présent son action politique à ce premier mandat de conseillère régionale. 

 

Qu’elle soit familiale, professionnelle ou militante, elle mène sa vie au service de ce qui lui donne du sens : contribuer à développer le « bien-être » partagé.

Tête de liste du Rassemblement en Isère, elle est élue en décembre 2015 pour son premier mandat.


> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

AndreaKotarac_250

Andrea Kotarac
élu de la Métropole de Lyon
membre de la commission permanente

Commissions Économie de proximité, commerce, artisanat et professions libérale, Entreprise, économie, emploi.

> contact : andrea.kotarac@auvergnerhonealpes.eu


Méfiez vous des apparences ! Ce jeune juriste de 27 ans, n’en n’est pas à sa première bataille politique. Lycéen engagé contre le Contrat Première Embauche de Dominique de Villepin, il poursuit sa bataille pour la justice internationale (collectifs de défense de la Palestine), la justice sociale (défense des services publics et des retraites) et la justice environnementale ( combat pour la régie publique de l’eau dans l’agglomération lyonnaise et contre la pollution de l’air).

Du côté des partis, si sa première carte est celle du parti socialiste, elle est vite oubliée, au profit de celle du Parti de Gauche. Présent lors du congrès fondateur, Andréa Kotarac trouve dans ce parti une nouvelle voie pour défendre les utopies sociales et républicaines. Il devient en 2012 le co-responsable des jeunes du Parti de Gauche pour la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon.

Il démissionnera de ce mandat pour se consacrer à l’échelon local et occupe actuellement la fonction de co secrétaire départemental.

Son engagement dans le Rassemblement citoyen, écologique et solidaire est la suite logique de son engagement. Pour lui «le Rassemblement c’est l’aboutissement d’un travail volontariste pour unir les forces citoyennes, écologistes et solidaires. C’est la preuve d’une gauche crédible et responsable face aux défis à venir.»

Tête de liste de la Métropole de Lyon, puis élu, il défend la coopération des territoires plutôt que la mise en concurrence absurde mise à l’honneur par les élus actuels.

> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

FatimaBezli_250

Fatima Bezli
élue du Puy-de-Dôme
membre de la commission permanente

Commissions Formations continues et apprentissage, Vie associative, sport, jeunesse.

> contact : fatima.bezli@auvergnerhonealpes.eu

Histoire personnelle :

Née à Mascara (près d’Oran, Algérie), je suis arrivée en France en août 1992.

J’avais 14 ans.

J’avais suivi ma mère, installée depuis déjà une dizaine d’années en France, à Riom (63).

Je ne connaissais pas bien la langue française (en dehors de l’alphabet), ni la culture française…

J’aimais lire, écouter de la musique et raffolais des mathématiques (et oui, personne n’est parfait)…

Dès mon entrée au collège à Riom, j’ai appris le français en quelques mois et me suis fais la promesse de ne jamais redoubler. Ça a été le cas jusqu’à mon DESS Echanges Internationaux

Je précise cela car pour moi, m’instruire était une grande chance.

A 14 ans déjà, je disais à mon entourage (famille, nouveaux amis) que plus grande, je ferai de la politique. J’ai dû apprendre le sens de ce mot dans les livres que j’aimais lire.

En Algérie, j’avais subi beaucoup d’injustice liée au fait d’être une fille et j’ai été comblée de pouvoir étudier (sereinement) en France et être libre…Je suis devenue française (pupille de l’Etat) mais aussi dans mon esprit pour pouvoir me libérer de la pression de ma famille et d’une certaine vision qu’on peut trouver dans ma culture d’origine. Aujourd’hui, les choses se sont arrangées. Mathieu, mon mari (un franco-vietnamien) est enfin accepté par ma famille après plus de 15 ans de vie commune.

Nous avons deux enfants : Mani 7 ans. Adèle 1 an.


Formation/profession:

Mes études à la l’université de Clermont puis à l’Université d’Avignon (Master 2 Echanges Internationaux avec les pays de l’hémisphère Sud) m’ont permis de voyager et de rencontrer de belles personnes/ réalisations.

Mon engagement a commencé dans les quartiers dits sensibles dès 2005 dans deux associations : le  CLISMA en tant que salariée en charge des partenariats (l’association proposait de nombreuses prestations pour les migrants en grande difficulté d’insertion socioprofessionnelle) tout en étant bénévole au sein de la troupe de théâtre forum Ficelle (j’étais « actrice sociale » et utilisait des outils alternatifs : communication interculturelle/théâtre forum/clown acteur social…). Je me suis également formé, à des outils d’éducation populaire (notamment avec la scope « le pavé »).

Lorsque l’association Clisma a été liquidée fin 2009, après 20 ans de bons et loyaux services suite à l’arrêt des aides de l’Etat et des collectivités, j’ai participé à la création d’une autre association SAMA avec d’anciens collègues pour continuer à proposer les mêmes services (traduction, accompagnement social). Je l’ai administrée un temps et continue encore de temps à autre à œuvrer pour son développement.

En janvier 2012, je me suis engagée au sein d’Emmaüs et vis dans un ancien couvent appartenant à la Fondation Abbé-Pierre. Je suis responsable d’un CADA familial (64 résidents demandeurs d’asile), d’une épicerie Sociale associative, d’un Accueil de Loisirs associatif et je coordonne d’autres activités bénévoles.

Je continue en parallèle à servir d’interprète et de traductrice assermentée en arabe (classique et dialectes) près de la Cour d’Appel mais seulement quand j’ai le sentiment de rendre service à la justice (si le tribunal ne trouve personne ou si la situation concerne des violences faites aux femmes/enfants).


Engagement politique :

Avec ce parcours associatif, varié et riche, et un engagement sincère pour plus d’égalité et de justice, être au service des autres a toujours été une vraie vocation pour moi.

Le milieu associatif me convenait assez.

J’ai commencé en 2004 à participer à des fauchages d’OGM en plein champs (sans faucher car je n’étais pas encore naturalisée à l’époque), puis à des settings lors de procès de faucheurs, puis à des contre-sommets du G8 ou autres rassemblements altermondialistes…

Mais c’est la naissance de Mani mon petit garçon qui m’a amené à frapper à la porte des verts.

Je me sentais de gauche (d’extrême gauche même), mais c’est l’écologie politique qui répondait plus à mes attentes et espérances. Je me suis donc engagée avec l’idée de construire un monde meilleur pour les générations futures.

En quelques mois à peine, après une belle campagne, j’ai été élue Conseillère régionale d’Auvergne. Mani avait un an. Comme Adèle aujourd’hui avec ce second mandat qui commence.

Le premier mandat dans une petite région, et dans une majorité de gauche a été très formateur.

J’ai appris à construire des réponses, à négocier un budget, à me battre (je pèse mes mots) en tant que minoritaire dans une majorité. A être vigilante, à défendre sans cesse nos idées. Et ce n’étais pas une mince affaire.

C’est un peu pour ça que je crains que ce mandat dans l’opposition ne soit qu’un détricotage de ce que nous avons pu construire pendant les quelques années écoulées.

Je crains une certaine impuissance.

Je souhaite résister, m’opposer, mais sans perdre trop d’énergie car de nombreux combats sont à mener, sur de nombreux terrains.


> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook

Emilie Marche


Emilie Marche

élue de l'Isère

Commissions Action sociale, politique de la ville, logement, Enseignement supérieur, recherche.

> contact : emilie.marche@auvergnerhonealpes.eu


Parcours professionnel : Après une année d’études en sociologie à l’Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2, j’intègre une école de journalisme à Lyon. Je choisi de suivre mon stage de fin d’études en Algérie, où je m’installe pendant plus de trois ans, exerçant la profession de journaliste. De retour en France en 2012, ne trouvant pas de travail dans le journalisme en France, je décide de réorienter mon parcours professionnel, en suivant une formation en alternance à la Banque postale. J’enchaine depuis les missions d’intérim dans le secteur bancaire, à divers postes. Je n’ai jamais eu d’intérêt ou d’attirance pour ce travail, mais il faut bien vivre ! 


Parcours militant/Politique : Mon premier engagement politique date des collectifs antilibéraux de 2005, après leur échec, je décide de ne plus m’engager dans un collectif jusqu’en 2012. En 2012, convaincue par la campagne de Jean-Luc Mélenchon, je rejoins le Parti de gauche, où je suis une militante active. Au sein de ce mouvement, je contribue à animer le pôle « Agit’pop pour l’éducation populaire », qui promeut de nouvelles pratiques de l’action politique et militante, car je suis persuadée que c’est un des moyens de réconcilier les citoyens avec la politique et de (re)mettre tout le monde sur un pied d’égalité. Pour la première fois en 2014, je me porte candidate à des élections à Echirolles, où je suis élue Conseillère Municipale et Conseillère Métropolitaine à Grenoble Alpes Métropole, membre du groupe du Rassemblement Citoyen, Solidaire et Ecologiste.


Un engagement/lutte/combat marquant : Je prends part aux manifestations étudiantes contre le projet de Contrat Première Embauche (CPE) du gouvernement De Villepin. Cela m'a marqué car c'est le dernier mouvement de masse qui a obtenu une victoire contre le gouvernement.


Le Rassemblement, pour moi, c'est : une synergie entre des mouvements politiques de gauche et écologistes qui ont appris à dépasser leurs différends, en intégrant complètement des citoyens indépendants désireux de s'engager pour une alternative au système politique, sociétal et économique en place. C'est aussi une manière différente de faire de la politique, de la co-construction avec toutes et tous, sur le programme, sur les idées, loin des arrangements de coin de table de la vielle politique politicienne.



> contact : emilie.marche@auvergnerhonealpes.eu

> plus d’informations :

logo-tw_vs sur twitter

logo-fb_vs sur Facebook