Des élues régionales en soutien au Maire de Saou

Le conseil municipal de Saoû, réuni le 2 septembre 2019, a pris un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment d’habitation ou à usage professionnel, d’un terrain de sport ou d’une aire de jeu ou d’une parcelle de type agricole cultivée en agriculture biologique.

Cette décision courageuse a été prise dans l’intérêt des habitants. Elle supplée l’Etat qui aujourd’hui ne joue pas son rôle. En effet, le préambule de la Constitution précise bien que « la Nation doit assurer à tous la protection de la santé. »

Or, les gouvernements successifs au mieux n’agissent que trop lentement, au pire freinent même les mesures qui devraient être prises de toute urgence, sous la pression d’intérêts économiques ou idéologiques.

Ce manquement de l’Etat se confirme puisque la préfecture de la Drôme a demandé au maire de Saoû de retirer cet arrêté au motif qu’il excèderait ses compétences. C’est le tribunal administratif de Grenoble qui devra trancher ce lundi.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire apportent tout leur soutien à Daniel Gille, Maire de Saou. Chaque jour, au conseil régional, ils défendent une agriculture plus saine pour la santé des agriculteurs, des riverains et des consommateurs.

Corinne Morel Darleux, élue régionale de la Drôme avait apporté son soutien par courrier à Daniel Gille le 17 septembre dernier.

Aujourd’hui, les élues régionales iséroises RCES, Myriam Laïdouni-Denis et Emilie Marche seront présentes au rassemblement de soutien devant le tribunal de Grenoble.