Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste, et solidaire soutiennent les militants de Greenpeace à Privas

Ce jeudi, à l’appel de Greenpeace, cinq élues RCES seront présentes à Privas en soutien aux 22 militants de Greenpeace France, qui s’étaient introduits dans la centrale de Cruas-Meysse. Leur action visait à dénoncer l’accessibilité et la fragilité des piscines de combustibles usés. Ils ont pu escalader le bâtiment sans encombre, confirmant ainsi les failles de la centrale. C’est donc un vrai travail de lanceurs d’alerte qui est aujourd’hui attaqué en justice. Au lieu de réagir et de mettre son énergie à sécuriser ses bâtiments, EDF a décidé de poursuivre ces militants. Ils seront sur le banc des accusés ce jeudi 17 mai au tribunal de grande instance de Privas.

 

Florence Cerbaï, élue ardéchoise réagit : « Les actions de ces lanceurs d’alerte sont essentielles, surtout quand on parle de nucléaire. Les centrales ne sont pas les forteresses qu’EDF nous présente : c’est la deuxième fois depuis 2011 que des activistes entrent sans difficulté à Cruas pour alerter sur le risque terroriste. Plutôt que de poursuivre les lanceurs d’alerte en justice, EDF doit colmater les brèches de sécurité dans ses centrales et bunkeriser les piscines de combustible, même si le coût est important (1,5 Milliard d’euros par piscine). En Auvergne Rhône Alpes, plusieurs millions de personnes sont exposées au risque nucléaire. En cas de problème, c’est notre santé et notre économie qui paieront le prix fort. »

 

Corinne Morel Darleux, élue drômoise, complète : « Que ces lanceurs d’alerte se trouvent devant le tribunal est un comble. Ils agissent dans l’intérêt de tous. Après les propos inouis de la députée LREM Perrine Goulet qui proposait carrément de leur tirer dessus, ils sont aujourd’hui menacés de prison ferme… Ils ont tout notre soutien. Nous serons avec eux devant le tribunal et continueront au conseil régional à alerter sur les dangers du nucléaire et à défendre la transition énergétique pour stopper cette filière dangereuse. »

 

Seront présentes jeudi 17 mai devant le tribunal de Privas : Florence Cerbaï, Corinne Morel Darleux, Monique Cosson, Emilie Marche et Myriam Laïdouni Denis.