Les élus régionaux RCES en soutien aux sous-traitants du nucléaire

Les élues régionales du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire répondent présentes à la mobilisation lancée par les syndicats des sous-traitants de la filière nucléaire.

 

Emilie Marche (élue iséroise) sera présente demain à Tricastin, tandis que Florence Cerbaï (élue ardéchoise) viendra soutenir la mobilisation à Cruas. Aujourd’hui, une part considérable de la filière nucléaire est en sous-traitance : on compte 160 000 sous-traitants sur un total de 220

000 salariés dans la filière. Ils travaillent pour plus de 2500 entreprises différentes, réalisent au moins 80 % des activités sur le parc nucléaire. A Tricastin par exemple, on trouve 600 prestataires permanents en plus des 1 400 salariés EDF.

 

Or ces salariés, qui chaque jour sont exposés à des risques considérables ne sont couverts par aucune convention collective. Certains se voient proposer la convention des agents d’entretien et femmes de ménage !

 

Ce manque permet aux grands groupes de faire du dumping social, précarisant chaque jour encore plus les sous-traitants du nucléaire.

 

Emilie Marche, élue iséroise détaille : « La direction d’EDF avec sa logique de la rentabilité à tout prix fait le choix de recours massif à la sous-traitance organisant ainsi un violent dumping social. Les sous-traitants sont exposés à des risques professionnels considérables : ils n’ont pas le même suivi médical qu’un agent statuaire et donc pas de reconnaissance d’une maladie professionnelle. Ces conditions de travail inhumaines ont aussi pour conséquence une baisse du niveau de sécurité et de sûreté des installations nucléaires. »

 

Florence Cerbaï, élue ardéchoise complète : « On est en train de faire du nucléaire low-cost et dans ce secteur c’est jouer avec le feu ! Les difficultés financières de la filière nucléaire d’EDF et Orano ne doivent pas justifier le recours massif à la sous-traitante et le choix automatique du moins disant. Les travailleurs du nucléaire n’ont pas à payer les mauvais choix énergétiques de la France ! La création d’une convention collective unique pour tous les travailleurs du nucléaire est un premier pas important pour plus de justice mais aussi pour renforcer la sureté des centrales ! On ne peut décemment pas proposer aux travailleurs du nucléaire la même convention collective que celle des agents d’entretien et femmes de ménage ! Cette convention est importante aussi en cas d’accident sur une de nos centrales, pour anticiper la protection et l’indemnisation de ceux qui seront amenés à intervenir dans des zones contaminés accidentées, et de leurs familles. »