Faute de pouvoir subventionner SOS Chrétiens d’Orient, la Région finance son partenaire

 

Les informations révélées dans l’article de Mediapart publié ce 29 septembre[1] concernant l’association « Nawraj » viennent conforter les interrogations des élues régionales du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES) quant à l’administration des fonds publics par la Région.

 

Depuis 3 ans, Myriam Laïdouni-Denis, conseillère régionale de l’Isère membre de la Commission « Relations internationales » mène un travail d’accès aux documents administratifs et aux informations sur plusieurs dossiers liés au « Plan régional pour les Chrétiens d’Orient », dont le financement par le Conseil régional de l’association « Nawraj ». Courriers, demandes en commission, intervention en assemblée, recours à la commission d’accès aux documents administratifs, recherches… tous ces moyens ont été mobilisés pour faire la lumière sur des actions régionales qui restent opaques.

 

Pour rappel, le groupe RCES avait dénoncé en 2017 la volonté de la Région de financer l’association « SOS Chrétiens d’Orient » en lien avec l’extrême droite et les identitaires. Face à la polémique, l’exécutif régional avait renoncé à ce soutien financier.  Quelques mois plus tard, en décembre 2019, il présentait les projets de la Région pour subventionner l’association « Nawraj » dont nous avons aussitôt découvert les implications politiques de son président Fouad Abou Nader et le partenariat affiché avec « SOS Chrétiens d’Orient ». Malgré nos interpellations de la Région par courrier et en assemblée, celle-ci a décidé de maintenir son soutien à « Nawraj ».

 

Le 24 avril 2020, en pleine pandémie, le Président de Région a pris un arrêté attribuant 70 000 € à l’association « Nawraj ». Le 17 septembre 2020, nous avons refusé de voter en commission permanente une nouvelle subvention de 36 000 € puisque, contrairement à ce qu’affirme le cabinet de Laurent Wauquiez, cette association n’est pas exclusivement à but humanitaire.

 

Les refus de communication de documents administratifs justificatifs des subventions du Conseil régional à cette « association », alors que cela relève du droit à l’information des élu·es, ainsi que les résultats de nos propres investigations confortés par les révélations récentes de la presse, nous conduisent à nous interroger sur la légalité du soutien de la Région à l’association « Nawraj » dont les activités seraient susceptibles d’être considérées comme liées à des actions politiques, confessionnelles,  conflictuelles entrant en contradiction avec la politique des affaires étrangères de notre pays.

 

Le groupe RCES poursuit son travail pour s’assurer de l’utilisation des fonds publics dans le cadre de la loi.

[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/290920/laurent-wauquiez-subventionne-un-ancien-milicien-libanais