Intervention de Corinne Morel Darleux pour la fermeture de la centrale du Bugey

 

Cher-e-s collègues,

Je sais bien que nous n’avons pas tous les mêmes positions sur le nucléaire.

Je crois que nous prenons tous en revanche très au sérieux la question de la sécurité des populations d’auvergne et de rhone alpes.

Je crois que nous avons tous à cœur que notre région reste attractive, son économie compétitive et son tourisme un des plus dynamiques de france. Vous voyez, je fais même l’effort de reprendre les mots de l’institution, qui ne sont pourtant pas dans mon vocabulaire habituel.

Je le fais avec gravité en réalité, parce que nous sommes là face à un enjeu qui dépasse les clivages idéologiques : celui d’une centrale installée à une trentaine de kilomètres de Lyon et qui est la deuxieme plus vieille du pays, qui a fait l’objet de plus de 100 rapports d’incident de l’ASN depuis 2000, avec 2 mises en demeure, et qui vient encore de connaitre un départ de feu sur le toit d’un réacteur.

Nous sommes tous ici élus de la république, nous avons tous une obligation morale de réfléchir en termes d’intéret général et chacun de nous porte la responsabilité de ses votes.

La majorité a elle meme soulevé le problème que pose l’image désastreuse de cette centrale en terme d’impact économique en déposant un vœu l’an dernier demandant à en changer le nom pour ne pas nuire à la filière viticole.

Vous savez, j’ai travaillé comme consultante pour le CAC 40, j’ai fait une école de commerce, je suis capable de comprendre les arguments économiques. Mais j’ai aussi fait de la conduite de projet et de l’analyse de risques dans l’industrie, et je vous le dis : dans n’importe quelle entreprise privée, la criticité de ce risque, celui d’un accident majeur au Bugey, même couplée à une probabilité faible, aurait abouti à l’arrêt du projet.

Alors regardons les choses en face, de manière très pragmatique et concrète : l’ASN et l’ACCLI préconisent un périmètre de 80 km autour du Bugey . Cela englobe Genève, Annecy, Chambéry, Combe de Savoie, Grésivaudan, Chartreuse, Nord Isère, Métropole de Lyon, Monts du Lyonnais, Bresse savoyarde et une partie de la Bresse Bourguignonne. Et ça concerne 4 millions de nos concitoyens.

Avez vous la garantie que toutes les communes du périmètre, déjà asphyxiées, vont pouvoir financer les plans de sauvegarde ?

Chacun de vous ici peut il en responsabilité garantir que ces gens sont en sécurité et qu’ils seront évacués et mis à l’abri en cas d’accident ?

Je vous demande avec beaucoup d’humilité et de sérieux de voter ce vœu, que nous avons volontairement formulé de manière à ne pas créer de polémique, à sortir des postures idéologiques, mais bien de rester centrés sur l’intérêt des habitants de notre région, je cite :

–           Au vu des risques encourus par la population, et de l’impact sur l’activité économique et touristique, la Région Auvergne Rhône-Alpes se prononce pour la fermeture de la centrale du Bugey et interpelle le Ministre de la transition écologique et l’ensemble du Gouvernement en ce sens

Sur un sujet aussi grave, je vous appelle à penser votre vote, individuellement, au regard de l’ensemble de ces éléments.

 

Sous-amendement du groupe SDEA qui a été accepté par notre groupe :