Intervention de Corinne Morel Darleux : pour un plan « Montagne des 4 saisons »

La montagne est au cœur de notre région, et nous étions ravis de l’annonce d’un plan Montagne.

Nous le sommes beaucoup moins de voir qu’en cent jours, celui-ci a été réduit à un plan neige qui lui retire toute ambition. Sur France-Bleu Gilles Chabert, vous disiez il y a quelques jours que « le premier animal en montagne, c’est quand même l’Homme ! » Ajoutons la femme et nous serons d’accord. Mais si vous réduisez l’espèce humaine aux 8% de skieurs, on ne l’est plus.

Certes, le ski et la neige font partie de vos premières préoccupations, nous le savons. Mais des gens vivent et travaillent en montagne toute l’année. Et ils ne seraient pas, eux, la priorité ? Ce ne sont pas de canons à neige, qui vont précipiter les stations dans l’endettement dont on a besoin. Ceux-ci ne vont rien résoudre à la tendance durable de diminution de l’enneigement qui va se faire de plus en plus rare en altitude. Plutot que de fermer les yeux sur cette évolution et d’accélérer vers le mur en kalxonnant, notre rôle de politiques est au contraire d’anticiper et d’accompagner les acteurs pour faire face à ce changement.

Monsieur Wauquiez, vous êtes président de l’Anem, tout focaliser sur la neige en montagne, c’est ne pas voir la diversité et la richesse du tourisme estival, des randonnées, du pastoralisme, des activités de pleine nature, des fêtes de la transhumance, du bleu du Vercors, des gites ouverts toute l’année, de la beauté de nos paysages qui sont eux aussi à protéger.

Voilà ce que viennent chercher les touristes, dans leur grande majorité, et voilà ce qui fait vivre les habitants toute l’année.

Ce dont la montagne a besoin, c’est d’un tourisme des 4 saisons, ou de l’allongement des deux saisons comme le disent les acteurs du tourisme, mais en tout cas pas d’une seule !

Un programme « stations durables » a été initié, plébiscité par les territoires, il faut travailler la question des lits froids, du tourisme pour tous, de l’accessibilité avec des plans de déplacement adaptés, penser aux compétences et à la sécurisation des parcours, à l’accueil des saisonniers et à la diversification des activités.

Nous demandons donc que les 10 millions d’euros du Plan neige soient réaffectés à un véritable plan « Montagne des 4 saisons ».