Intervention de Fatima Bezli sur le plan déchets régional

La région va exercer en tant que chef de file une nouvelle compétence et pas des moindres celle de la Prévention et de la Gestion des déchets.

L’ensemble des services de la Région, les intercommunalités, les départements et l’activité économique seront impliqués.  concernés.

les associations locales agréées pour la protection de l’environnement seront consultées et s’impliqueront de très près (si on leur laisse la place) car leur investissement sera déterminant pour faire de ces plans des documents ambitieux autant que possible !

Ce plan peut présenter l’opportunité de créer des synergies intéressantes entre tous les acteurs privés et publics.

Nous nous félicitons qu’une partie du  futur plan soit consacrée aux biodéchets, que ce plan intégrera également plusieurs

inventaires dont un sur la tarification incitative et apprécions que le futur plan soit accompagné d’un « plan d’action en faveur de l’économie circulaire », lequel sera l’opportunité pour les régions de planifier des aides économiques et investissements pour ce secteur.

Le groupe RCES portent de fortes ambitions sur ce sujet :

– une Région exemplaire dans les lycées, les centres de formation, les gares et les TER, et au sein des locaux régionaux.

– L’aménagement du territoire pour une transition écologiste tant pour l’énergie que pour les déchets,

– La création d’emplois non délocalisables

– Le développement de l’économie circulaire avec  l’utilisation de nos déchets comme ressources

 

Mais nous pensons que Les axes que vous nous présentez dans ce rapport, ne reflète pas le potentiel du territoire en matière d’emploi, d’aménagement du territoire et de transition écologique.

Les objectifs assignés se contentent de suivre la Loi de Transition Energique, sans afficher pour notre région une ambition à la hauteur de son potentiel.

 

Zéro Waste, ONG référente sur la question estime que les déchets génèrent l’équivalent CO2 de 3,2 Millions de véhicules par an.

A l’heure où vous multipliez les infrastructures routières sur le territoire, n’a-t-on pas besoin d’aller chercher dans ce secteur d’activité les réductions d’émissions de GES qui nous permettraient d’être alignés aux objectifs de la COP 21 ?  Les biens de consommation génèrent 42% de la totalité des émissions de gaz à effet de serre  émis en France.  Nous pourrions inciter les industriels à améliorer la fin de vie des biens qu’ils mettent sur le marché et à limiter l’utilisation de ressources non renouvelables pour améliorer leur compétitivité. Nous le savons un déchet recyclé crée 10 fois plus d’emplois qu’un déchet incinéré ou enfoui.

La prévention et la gestion des déchets c’est une action d’intérêt général qu’il faut construire en prenant en compte la spécificité des territoires, les projets avec les habitants, les démarches d’innovation partenariales et un mode de gouvernance qui permet tout cela. La recherche d’accord sur ces enjeux appelle un consensus social et pas seulement des réponses techniques.

Nous vous proposons une ambition régionale et l’implication de tous les membres de cette assemblée pour ce Plan Régional.