Intervention de Fatima Parret contre l’abrogation du PNR gorges et sources de l’Allier

 

Mesdames et messiers les éluEs,

Je m’adresse dans un premier temps à tous les élus sortants de l’ex Région Auvergne, présents aujourd’hui dans cet hémicycle, de droite et de gauche. Vous avez tous voté il y a quelques mois à peine la charte du PNR des sources et gorges de l’Allier.

L’opposition de droite a même souligné que ce projet était un « vrai souffle pour ce territoire».

L’abrogation de la charte du PNR de Haut Allier n’est possible que si un certain nombre d’entre vous retourne sa veste. Si c’est le cas ça ne va pas améliorer l’image et la confiance dans le politique.

Monsieur le Président,

Ce projet concerté (400 réunions de travail), voté à l’unanimité par les conseillers régionaux auvergnats, et approuvé dans 80 autres collectivités, vient d’être validé quasi unanimement par le Conseil National de la Protection de la Nature, qui reconnaît un projet de grande qualité.

Vous vous apprêtez à annuler, par une seule délibération, plus de 80 autres délibérations. C’est un total déni de démocratie que de tenter d’effacer d’un revers de main, comme vous le faites dans de très nombreux sujets, le choix et la parole de 1085 élus sur 1289 concernés par le Parc.

Ici même dans cette assemblée, vous refusez de dialoguer, vous ne répondez pas à nos courriers, et maintenez coûte que coûte votre position, sans respecter le processus démocratique.

Refuser la labellisation nationale du territoire du Haut Allier à cause, selon vous, d’un manque de concertation avec les structures économiques est un mensonge.

La plupart des partenaires économiques ont montré leur intérêt pour le parc, se sont impliquées dans la réalisation d’une partie du diagnostic, dans la rédaction de la Charte et sont membres du conseil de développement du Parc. Ils ont perçu, contrairement à vous, l’effet de levier que représentent les PNR notamment dans leur capacité à lever des fonds européens.

Selon les Parcs de la Région eux même, pour 1 € mobilisé en fonctionnement, ce sont a minima 20 € d’investissement qui sont générés. Croyez-vous sincèrement que vos 2,5 millions d’€ de contrats de territoires auront le même effet ?

La chambre d’agriculture de Haute-Loire s’est-elle sentie pousser des ailes après que vous ayez sacrifié le PNR des Dombes sur l’autel de l’agriculture intensive ? Peut-être avez vous promis à quelques agriculteurs ligériens de saccager ce projet structurant ?

A la concertation, vous avez préféré la division.

Votre proposition d’octroyer 50 000 EUROS minimum aux communes en échange de l’abandon du Parc est malhonnête, pour plusieurs raisons :

  • elle sème la zizanie entre les communes, car elle est proposées à toutes, même celles qui ne sont pas adhérentes au Parc qui se sont précipitées à accepter votre aide
  • elle est un choix impossible par les communes qui veulent continuer le PNR et qui ont aussi besoin de ces 50 000 euros MINIMUM
  • elle pose la question suivante : et pourquoi pas toutes les autres communes rurales de la grande Région ?

Mais les communes adhérentes à la charte n’ont pas cédé à vos pratiques machiavéliques, inéquitables et autocratiques.

Alors Si vous faites vôtre la devise du diviser pour mieux régner, nous préférons coopérer pour mieux travailler et pour mieux partager et nous ne voterons pas la délibération que vous soumettez au vote.