Intervention de Jean-Charles Kohlhaas sur l’A45

 

Monsieur Le Président,

 

Le 14 avril dernier, au sujet des 100 M€ prévu pour l’A45, vous avez dit, ici même, je cite :

On vote le principe de la somme ; elle n’est pas affectée, ce qui signifie qu’on est pas lié. » (fin de citation)

Fallait-il comprendre que le montant allait fortement augmenter ? 32% en 2 mois et demi, c’est un sacré dérapage… enfin,… un dérapage, cela dépend, qui le fait, …sans doute.

 

Vous aviez promis une étude. Une synthèse nous a été donnée en commission.

Nous vous avons demandé l’étude complète, pour nous permettre de pouvoir voter en connaissance de cause… nous ne l’avons pas. Cette étude est une parodie. Vous auriez voulu nous convaincre que vous essayiez de nous tromper que vous ne vous y seriez pas mieux pris !

Montants outrancièrement exagérés pour l’A47, abusivement minimisés pour l’A45… ce qui est excessif est insignifiant.

 

La convention de financement nous explique que nous devrons payer encore dans quelques années le déficit d’exploitation :

Je cite : « en application de l’article 40 du cahier des charges annexé à la convention de concession ».

Nous n’avons pas eu l’honneur de trouver dans nos documents ce cahier des charges prétendument annexé.

 

Enfin, il nous avait été promis une commission, qui devait auditionner les différentes parties. Après des mois de report, on a appris hier qu’elle se réunirait le 1er ou le 4 août. Après le vote d’aujourd’hui et à un moment où les 32 élu(e)s qui la composent et les parties prenantes au dossier, seront sans doute très disponibles.

S’il n’était pas question de centaines de millions d’euros d’argent public, s’il n’était pas question de centaines d’hectares de terres agricoles dévastées, s’il n’était pas question d’augmentation de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre, donc de mortalité… on pourrait croire que vous êtes devenu maître dans l’art difficile et exigeant….du canular !

Monsieur le président, ne vous mettez pas dans la situation de Tony Blair en ce moment. Ce projet ne permettra jamais de diminuer les temps de parcours entre Lyon et St. Etienne, il dévastera plusieurs territoires et sera un gouffre financier.

Viendra un jour où vous serez vous aussi audité par Ernst & Young, sans doute en 2021… réfléchissez-y à deux fois : ne commettez pas l’erreur d’avoir fortement dégradé la situation financière de la Région !