Intervention de Jean-Charles Kohlhaas sur les orientations budgétaires 2020

M. le Président, M. le vice-président,

Chaque année depuis le début du mandat, votre rapport d’orientation budgétaire est un copié-collé du précédent, à quelques chiffres près. Mais le discours ne se renouvelle pas. Nous pourrions, nous aussi, faire chaque année la même intervention. Avouez que ce serait particulièrement triste…

Nous allons donc nous limiter à quelques éléments symboliques.

Vous faites la promotion de vos efforts d’investissement. Pour un certain nombre d’entre eux, ce sont en fait des transferts :

Quand vous investissez dans les livres scolaires, vous transférez une dépense de fonctionnement, la subvention aux familles, en investissement. Mais en pratique, pour les éditeurs et les libraires, cela ne change rien. Il n’y a pas un euro d’investissement supplémentaire.
Quand vous diminuez les subventions de fonctionnement aux communes, comme leurs budgets n’augmentent pas, elles sont donc contraintes d’augmenter leurs dépenses de fonctionnement et donc de diminuer d’autant leurs investissements. Vous augmentez d’autant les subventions d’investissement. Mais, selon le principe des vases communicants, cela ne fait pas un euro d’investissement supplémentaire pour les territoires.
De même pour les entreprises, si vous augmentez les subventions d’investissement, vous diminuez dans le même temps celles de fonctionnement… Du coup, seules celles qui peuvent investir en bénéficient et globalement de nombreuses entreprises sont perdantes…

Vous vous vantez de redonner du pouvoir d’achat aux Auvergnats-Rhône-Alpins (p8) « La région entend prolonger cette démarche de restitution des économies aux Auvergnats-Rhône-Alpins, avec un principe : 2€ économisés = 1€ réinvesti, 1€ rendu aux habitants ».
Puisque vous vous vous targuez de 300M€ d’économies, 150M€ auraient donc du être rendus cette année aux habitants… Alors qu’en réalité c’est moins de 20M€ pour les toutes petites baisses de fiscalité. Comme dans le même temps vous avez diminué les services rendus aux habitants (formation professionnelle, niveau de service TER…), cela ressemble plus à une spoliation qu’à une restitution.

 

Pour le personnel, vous annoncez 8904 agents p24. Cela semble faux. En juin lors du CA il y avait 7493 agents selon vos propres documents. Il apparaît peu probable que vous ayez embauché 1411 personnes en 4 mois ni que la région compte 500 agents de plus que le nombre d’emplois existant au tableau des effectifs.

 

Enfin page 22 vous dites :

L’ambition de la Région est de faire d’Auvergne Rhône-Alpes une région décarbonée et à énergie positive à horizon2050, de préserver la diversité de son patrimoine naturel, d’enrayer la perte de la biodiversité, de retrouver une qualité de l’air optimale, de proposer une nouvelle économie dite circulaire dans un contexte global d’adaptation aux changements climatiques.”

 

J’avoue que j’ai failli tomber de ma chaise ou proposer « champagne pour tout le monde ». Mais, plus sérieusement, comment comptez-vous y arriver :
si vous ne cessez de vouloir construire ou agrandir des routes qui, scientifiquement, augmentent les émissions de gaz à effet de serre et la pollution,
si vous continuez à soutenir les exportations et un développement international à sens unique, qui aggravent notre bilan carbone, les GES ne s’arrêtant pas aux frontières de la région,
si vous financez la neige artificielle, l’agriculture intensive et les retenues collinaires qui pèsent sur la qualité et la quantité de la ressource en eau…

 

Bref, si votre rapport d’orientation budgétaire ressemble fort aux précédents, il est surtout encore un document de communication promotionnel, bien éloigné des réalités de la région et de ses habitants.