Intervention de Monique Cosson : sauvons les CDDRA

Le 30 mars dernier, M. Wauquiez, vous adressiez un courrier aux Maires, Présidents de Pays et de Syndicats Mixtes, Présidents de Communauté de Communes et d’Agglomération, pour leur annoncer la suppression des financements de fonctionnement et d’ingénierie (50% cette année et totale pour l’année 2017) dans les CDDRA et les Contrats Auvergne +.

Le débat serait clôt avant d’avoir eu lieu !

Depuis arrivent des réactions de l’Association Nationale des Pôles Territoriaux et des Pays mais aussi des CDDRA. Elles convergent pour réaffirmer que de très nombreuses actions qui impliquent de l’ingénierie et des financements de fonctionnement seront mis en difficulté et sont encore en attente de réalisation depuis l’automne 2015. Les territoires n’attendent pas pour continuer à vivre. Ces réactions pointent aussi que les coupes annoncées mettent en cause l’efficience du travail réalisé.

Parlons de ces projets utiles, créateurs d’emploi, de dynamique sociale, qui voient le jour grâce à une démarche de conseil et d’appui pour leur construction. Parlons des Conseil de Développement associés aux contrats qui s’impliquent dans cette co construction et qui s’appuient sur un projet de territoire structuré et partagé et pointent un retour à une logique de guichet qui favoriserait plutôt la concurrence au détriment de la coopération, notamment dans les territoires ruraux.

Ce sont :

– Des actions de valorisation du bois et de la forêt

– La mise en place d’espace test agricole et de mise en lien d’acteurs locaux sur des pro-
blématiques foncières grâce, de valorisation des déchets agricoles dans les PSADER

– La création de groupements d’employeurs, de soutien à la création de points de vente collectifs.

– L’animation culturelle, touristique et d’actions en faveur de la santé…

– La création d’emplois locaux dans des entreprises et des associations grâce à ces différentes actions

Je ne serai pas exhaustive mais je rejoins cette déclaration d’un des courriers de réponse : la vitalité et la notoriété des territoires seraient ainsi remis en cause. Des projets exclusivement d’investissement représentent un risque de tarissement, parce qu’ils ne seront pas adossés à une construction territoriale.

Notre amendement sur le maintien du fonctionnement et de l’ingénierie n’ayant pas été retenu, nous voulions rappeler ces éléments pour expliquer celui sur l’investissement que nous portons. Nous soutenons un appui de l’investissement, notamment pour la rénovation thermique et réhabilitation des bâtiments sportifs, culturels et d’animation en lien avec le maintien des financements du fonctionnement et de l’ingénierie.

C’est le sens de cet amendement qui demande la réorientation des 10M€ pour la sécurisation des communes vers des investissements qui répondent aux besoins de qualité de vie et d’activités sur les territoires CDDRA et Contrats Auvergne +.