Intervention de Monique Cosson : la vidéosurveillance est chère et inefficace

Avec ce rapport vous confondez sûreté et sécurité, vous voulez accréditer l’idée que la sécurité c’est la vidéosurveillance.

Vous écrivez vidéo protection pour mieux passer sous silence l’inefficacité de la surveillance des caméras.

Mais les chiffres et les constats sont là, les résultats sont récurrents : la vidéo surveillance ne protège pas et coûte très cher.

Inefficace quant aux arrestations grâce à la vidéo surveillance. 3 arrestations par an dans un centre ville où il y a 32 caméras

Inefficace puisqu’il n’y a aucun rapport entre le taux d’élucidation des crimes et délits, leur baisse  et le nombre de caméras.

L’exemple douloureux de Nice, ville la plus vidéo surveillée de France avec 1257 caméras n’a pu éviter le pire.

Le taux de délinquance a plus baissé à Villeurbanne (sans vidéo surveillance) qu’à Lyon où il y en a.

Une inefficacité au prix fort pour l’argent public :

C’est un investissement lourd, qui se double d’un coût de fonctionnement exponentiel. Les communes qui ont fait ce choix ne mettent plus d’humain derrière les écrans.

Les caméras sont systématiquement dégradées, en panne. Les choix deviennent cornéliens : coûts supplémentaires où caméras qui ne voient plus rien.

 

Contrairement à vous, nous soutenons le choix de la sureté avec une présence humaine, l’argent public utilisé pour :

  • Des contrôleurs dans les trains, vous êtes d’accord pour leur suppression M. le Président
  • Des assistants d’éducation dans les lycées. Vous avez rejeté notre vœu allant dans ce sens.
  • Une police de proximité supprimée par Nicolas Sarkozy, et entre 2002 et 2007, 12 000 postes de policiers et de gendarmes supprimés.

 

Nous ne voulons plus de cette triste réalité vécue à Viry Chatillon. Les policiers ne doivent  pas être là pour surveiller une caméra de vidéosurveillance.

Arrêtez le gaspillage d’argent public synonyme d’inefficacité

Arrêtez la démagogie, les effets de manche pour une communication qui galvaude le sens des mots, ment sur la réalité

Parlons de sureté, avec une présence humaine, parlons de travail de proximité avec un triptyque prévention, sureté, insertion.

Je n’ai pas besoin de préciser quel sera notre vote.