Intervention de Myriam Laïdouni Denis sur le tunnel de Chambon

Mesdames et Messieurs,

La montagne bouge sous l’influence du dérèglement climatique.  La neige fond , le permafrost aussi entraînant la montagne toute entière . Ce n’est pas moi qui le dit, mais Ludovic Ravanel, géomorphologue au CNRS .

Des écroulements comme celui-ci  vont devenir de plus en plus fréquents plongeant les habitants des montagnes dans ce que nous pouvons appeler  une situation de  » précarité géographique » et par la même économique.

Ces changements  sont  irréversibles, nous nous trouvons donc devant deux choix :

 

–       soit faire l’autruche et invoquer le ciel à grand coup de canons à grand coup de millions pour financer votre plan neige, qu’on pourrait plutôt appeler plan sur la comète. . Et ça pourquoi ? Pour faire revenir le génie du froid ? Et puis tant qu’on n’y est pourquoi pas faire revenir la mer ?

J’invite donc une fois encore M Chabert,  à revoir ses cours de SVT afin qu’il prenne enfin conscience des réalités.

–       ou, faire le deuxième choix, réaliste et fertile qui consiste à accompagner l’ensemble du territoire montagnard pour qu’il s’adapte à ce changement climatique et ainsi assurer à l’ensemble de nos concitoyens une prospérité heureuse et durable ( sur tout le territoire montagnard et pas seulement 3% , et pas seulement pour 3 mois d’activité par an comme c’est le cas dans votre plan neige).

Le rétablissement des voies de déplacement dans ce secteur est indispensable  à la vie quotidienne de ses habitants et ce toute l’année.  Contrairement aux bruits qui courent, nous ne sommes pas contre toutes les routes ni contre  tous les tunnels, lorsque ils sont utiles et compatibles avec un développement soutenable, nous les soutenons !

C’est pourquoi nous voterons cette délibération.