Jean-Charles Kohlhaas analyse le compte administratif 2018 de la Région

 

M le Président, M. le vice-président,

Trois minutes d’intervention sur un tel document c’est très court et donc l’analyse sera très partielle.

Les citoyens sont maintenant habitués à vos infox, mais vous dites parfois vrai. Je vais donc essayer de séparer le faux du vrai.

Sur l’investissement, vous dépassez enfin cette année la moyenne du mandat précédent. En effet si j’enlève vos jeux d’écriture, comme le rachat de crédit-bail en 2016 et les avances remboursables et autres cautionnements, le niveau d’investissement réel de la Région, de l’investissement dit « productif »,  aura été de 850M€ en 2018 contre 758 en 2017 et 770 en 2016. Ce qui fait une moyenne de 793M€, bien mieux qu’en 2015, la moins bonne année du mandat précédent puisqu’incomplète. La moyenne du mandat précédent étant de 778M.

Dans le détail, l’augmentation des investissements porte sur l’économie avec 53M€ de plus qu’en 2015. L’environnement a perdu en moyenne sur 3 ans 25 % par rapport à 2015. L’aménagement du territoire retrouve le même niveau qu’en 2015 après une mauvaise année 2017 (-20M€). Votre plan Marshall pour les lycées aura été de 207M€ en 2016, 209 en 2017 et 250 en 2018, si on ne compte que les dépenses réelles pour les bâtiments des lycées publics contre 250M€ en moyenne sur le mandat précédent.

Sur le fonctionnement, vous atteignez précocement votre objectif de -300M€. En pratique cela se traduit par – 30M en économie soit -26 %, -25M en transport ferroviaire, compensations regrettables de la baisse du niveau de service (fermetures de gares et de guichets) et du nombre de trains circulant. Le secteur santé social perd 26M, soit 65 %. La culture, sports-loisirs perd 11M€, soit 80 %. Enfin la formation professionnelle et l’apprentissage perdent 150M€ soit 26 %. On aurait pu comprendre, sans être obligatoirement d’accord, que vous fassiez évoluer ce budget sur la qualité. Mais comment répondre aux besoins croissants des entreprises, des salariés et des demandeurs d’emploi, en sacrifiant des milliers de journées de formation professionnelle ?

Vous sous entendez souvent que vous avez « dégraissé » le train de vie de l’institution régionale. En réalité, les services généraux ont perdu 14M€ dont 5 sur les actions internationales. Vous avez donc baissé de 9M€ les dépenses d’administration, ce qui représente 6 % sur 150M€. Et seulement 2 % des 300M€ de baisses de fonctionnement. 98 % sont donc des suppressions d’actions, de politiques, dont certaines sont des investissements d’avenir, comme se plaît à le redire le CESER.

Alors 300M€ de moins en fonctionnement pour seulement 15M€ de plus en investissement en moyenne… Le solde a permis d’augmenter la capacité d’autofinancement et d’améliorer la capacité de désendettement qui était déjà bien inférieure à celle de la moyenne des collectivités territoriales, sans même parler de celle de l’État.

A une période de taux très bas voire négatifs, je ne suis pas certain que les économistes et les chefs d’entreprises appellent cela de la bonne gestion.