Laurent Wauquiez en gilet jaune : comment alimenter la colère puis en faire la récupération

Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne Rhône Alpes a annoncé sa participation au mouvement des gilets jaunes ce samedi 17 novembre.

La colère exprimée par ce mouvement est entendable. Les personnes qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture sont devant le fait accompli et vont devoir mettre la main au portefeuille. La nécessaire fiscalité écologique est dévoyée puisque seulement 19% des recettes de cet impôt sont affectés à la transition énergétique et que de nombreuses entreprises polluantes bénéficient d’exonération de taxes.

Seulement voilà, cette colère n’est pas réellement due à la hausse du prix des carburants qui est principalement décidée par le cartel des états pétrolier. Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler que l’essence coûte –proportionnellement au salaire- 2 fois moins cher qu’en 1973 : le problème est qu’on roule plus !

Cette colère est due à des politiques menées depuis des années par des personnes comme Laurent Wauquiez qui rendent les français et françaises dépendant-es de la voiture individuelle et donc leur pouvoir d’achat dépendant du prix de l’essence ou du gazole.

  • Laurent Wauquiez ne combat pas le modèle d’étalement urbain qui éloigne chaque jour les habitants de leurs lieux de travail et les force à prendre leur voiture quotidiennement.
  • Laurent Wauquiez ne défend pas le train du quotidien, les gares rurales qui permettraient à tous de se déplacer sans polluer.
  • Laurent Wauquiez ne mène pas une politique de relocalisation de l’économie qui éviterait l’installation de grandes surfaces en périphérie et donc l’obligation pour les habitants de prendre leur voiture pour faire leurs courses.
  • Laurent Wauquiez soutient la création de nouvelles autoroutes

 

Pour les élus du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire, c’est facile, de créer les conditions de la colère quand on est à la tête d’une collectivité puis d’aller surfer sur cette colère quand on est à la tête d’un parti politique. Il se garde bien d’ailleurs (et à raison) de baisser la taxe intérieure de consommation de produits énergétiques prélevée par la Région. Par opportunisme, il appelle de ces vœux une région décarbonée lorsqu’il est à la tribune puis fait tout l’inverse en consacrant  seulement 1,2% de son budget à la transition énergétique. Pourtant, il est évident que nous devons cesser d’exploiter les énergies fossiles, principales responsables des émissions de gaz à effet de serre.

Le fait de troquer sa parka rouge contre un gilet jaune ne confère pas à Laurent Wauquiez plus de crédibilité ni de responsabilité.