Laurent Wauquiez passe à côté de la santé environnementale et privilégie les intérêts privés à l’intérêt général

18 000 € pour un cocktail d’experts comptables, 900 000 € pour un salon d’entreprises, 200 000 € pour un changement de logo sur des panneaux… Les subventions de la Région Auvergne Rhône Alpes se suivent et se ressemblent. Et on est bien loin de l’intérêt général que devrait servir notre collectivité.

Pourtant, loin des paillettes, des programmes essentiels s’arrêtent faute de financement régional. C’est le cas du programme REMERA, qui, en perdant sa subvention régionale de 100 000 € va probablement devoir cesser.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire ont interpellé Laurent Wauquiez sur le sujet..

Corinne Morel Darleux, élue RCES explique : « C’est rageant de voir autant d’argent régional gaspillé en salons, communication et autres logos alors que des programmes essentiels peinent à survivre voire s’arrêtent. La coupe brutale de subvention au REMERA, qui avait pourtant été aidé à hauteur de 100.000 euros en 2016, en est un nouvel exemple incompréhensible, d’autant que la santé et ses liens avec l’environnement n’ont jamais été aussi critiques ! L’indépendance scientifique est précieuse à l’heure des scandales Depakine, « Monsanto papers », à l’heure des pesticides et des perturbateurs endocriniens : cela en fait des lanceurs d’alerte que la Région devrait au contraire avoir à cœur de soutenir. Non, vraiment c’est incompréhensible. J’espère que nous aurons vite des explications… »

Monique Cosson, membre de la commission santé complète « Le travail de REMERA est essentiel. Ce sont des lanceurs d’alerte. Grâce à leur recensement de données, on va pouvoir déterminer les facteurs de risques pour les fœtus (médicaments pris par la mère, alimentation, proximité d’un incinérateur ou de pesticides…). La Région ne peut pas être la cause de l’arrêt de ce programme. Nous demandons à Laurent Wauquiez de revenir sur sa décision et d’attribuer à nouveau cette subvention ».