Myriam Laïdouni Denis « S ’entêter sur Center Parcs est irresponsable ! »

 

Mesdames et messieurs

 

Ce projet de center parcs à Roybon est, comme nous l’avons déjà dit l’an dernier, illégal. C’est le Tribunal administratif de Grenoble qui l’a reconnu le 16 juillet 2015.  Aussi notre collectivité ne peut le financer au risque de se mettre elle-même dans l’illégalité.

 

Nous vous l’avons déjà dit lors du vote du budget 2016, mais vous avez quand même décidé de plonger notre collectivité dans cette situation, d’où le recours pour « excès de pouvoir « que nous avons été contraints de faire  contre la région. Ce recours contre le budget 2016 qui n’est pas encore jugé, concerne d’ailleurs aussi le droit à l’information et le droit d’amender des élus dont il a été question en début de séance.

 

De plus, lundi dernier, devant la cour d’appel du tribunal administratif de Lyon, le rapporteur public a donné raison aux associations FRAPNA, Pécheurs de la drome et PCSCP. Il a en effet confirmé l’illégalité du projet du fait de son incompatibilité avec la loi sur l’eau, mais il a aussi demandé l’annulation de deux autres arrêtés préjudiciables à l’environnement: celui qui concerne l’assainissement, et celui qui autorise la destruction des espèces protégés. Pour ce dernier l’annulation s’appuie sur le fait qu’il n’y a pas  « d’intérêt public majeur impératif « qui justifie la destruction de ces espèces.

 

Nous sommes donc très surpris de voir ce projet encore intégré au budget prévisionnel. C’est de la récidive.

 

S’entêter est irresponsable !

 

Irresponsable d’abord d’un point de vue écologique : Qui peut encore aujourd’hui faire l’autruche face aux enjeux environnementaux et à la nécessité vitale de protéger nos ressources naturelles?

 

Irresponsable d’un point de vue économique et social : Les habitants de l’Isère méritent mieux qu’un billet pour le Titanic, or on sait dans quel état est le bateau Pierre et vacances, et de quelle manière y sont traités les salariés ! Les propriétaires de cottages ne sont pas épargnés, beaucoup se dressent contre l’entreprise, comme c’est le cas dans l’Aisne.

 

Enfin irresponsable quant à l’utilisation de l’argent publics, qui ne peut ni  soutenir un projet hors la loi, ni une entreprise qui prend l’eau. Or c’est le cas  puisque  P et V , sous perfusion d’argent public, perd de l’argent : 102M€  net sur 3 ans de 2012 à  2014 dont 27 M€ en 2014 .

 

Victor Hugo a écrit ( Claude Gueux /1834)

« Nombreux sont les gens qui prennent la ténacité pour de la volonté, et une chandelle pour une étoile.” Mesdames et Messieurs, il est encore temps d’ouvrir les yeux pour éviter une voie sans issue. Tant de belles initiatives pourraient germer avec  4 M d€ !

 

Nous  demandons donc de supprimer tout financement à ce projet mirage. Et si d’aventure cette assemblée délibérante décidait malgré tout de conserver son soutien, alors, voyez ma plume, elle se tient prête à rédiger un nouveau recours en justice!

 

 

Je vous remercie.