Pollution de l’air : quand la volonté politique est absente, l’espérance de vie diminue…

Selon le site internet de Air-Rhône-Alpes, cela fait maintenant six jours que la région est touchée par une pollution aux particules fines. En raison d’une forte stabilité atmosphérique, l’épisode de pollution s’accentue dans certains secteurs de la Région Auvergne-Rhône-Alpes : bassin lyonnais, Nord Isère, vallée de l’Arve et zones urbaines des pays de Savoie.

Cet énième épisode de pollution hivernale doit alerter une bonne fois pour toute les autorités politiques. Il y a urgence à agir.

Rappelons que selon l’OMS les lyonnais  âgés de 30 ans perdront 5,8 mois d’espérance de vie si on ne baisse pas le taux de particules fines dans l’air à 10 microgramme par mètre-cube d’air.  Le collectif VALVE rappelait hier que la pollution de l’air faisait 1 mort par jour à Lyon (45 000 décès prématurés par an en France).

C’est un problème de santé publique. Pour le groupe du Rassemblement Citoyen Ecologiste & Solidaire, l’heure n’est plus à gérer la crise par des successions de mesures d’urgence. Il faut engager des actions efficaces pour enrayer la pollution de l’air. Les deux causes principales de cette pollution sont le chauffage urbain et les déplacements.

Pour ce qui concerne la région Auvergne Rhône-Alpes, Jean-Charles Kohlhaas du groupe RCES en appelle à Laurent Wauquiez et sa majorité : « Le problème qui nous touche n’est pas nouveau. Pourtant, aucune mesure à la hauteur n’a été prise. Pire encore, depuis l’arrivée de Laurent Wauquiez la région s’est remise à financer les routes. Nous lui demandons de suspendre le financement de la région au projet d’autoroute A45. Pour soulager la vallée de l’Arve nous lui demandons d’organiser le report modal dès maintenant, sans attendre le projet pharaonique du Lyon Turin, en mettant en place une plateforme de fret à Ambérieu. Les générations futures doivent primer sur les enjeux financiers et/ou électoraux »