La Région la mieux gérée de France, vraiment ?

La Commission Permanente de la Région Auvergne Rhône Alpes se réunit aujourd’hui à Clermont Ferrand. Les élu-es vont être amenés à se prononcer sur la distribution de plusieurs millions d’€. Laurent Wauquiez vante largement les mérites de sa politique de réduction des dépenses. Il a même inventé l’existence d’un classement de la cour des comptes pour en prendre la tête. Mais comme l’ont souligné certains journalistes récemment, les choses ne sont pas si simples.

Les élu-es du groupe du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire ont pointé certains sujets dans les rapports soumis au vote aujourd’hui :

Jackpot pour le Puy en Velay

Les commissions permanentes se suivent et se ressemblent, la ville du Puy en Velay bénéficie largement des dispositifs régionaux.

A noter cette fois-ci :

  • 600 000 € pour la réfection du stade d’un lycée du Puy en Velay
  • 24 000 € pour l’aérodrome du Puy en Velay
  • 400 000 € pour la construction d’une maison de santé au Puy en Velay
  • 158 000 € pour l’embellissement de la Ville Haute à Puy en Velay
  • 457 000 € pour l’installation de conteneurs enterrés au Puy en Velay

Agence économique : un financement important pour un fonctionnement et des choix opaques

La Région va octroyer une subvention de 14 millions d’euros à l’agence économique régionale. Pour Andréa Kotarac, membre de la commission économie : « C’est une subvention très conséquente. Or, les choix de l’agence économique ne sont pas transparents. La région est dans son rôle en aidant les entreprises mais elle n’a mis en place aucun critère d’attribution.  Notre action doit être ciblée, l’argent doit aller aux entreprises qui répondent à des critères sociaux et environnementaux. De plus, le fonctionnement de cette agence peut poser question. La subvention de fonctionnement est conséquente et le contrôle politique trop léger. »

Comité régional du tourisme : près de 10 millions d’€

9,5 millions d’€ sont versés au comité régional du tourisme. Florence Cerbaï, membre de la commission tourisme, réagit : « Là, encore, c’est beaucoup d’argent pour une antenne de la Région qui pose question en termes de fonctionnement. Je ne peux que regretter que l’action touristique de la région soit principalement tournée vers le développement économique. Une politique touristique tournée vers l’avenir passe par la promotion, l’accompagnement des professionnels vers les bonnes pratiques écologiques, le soutien à un tourisme pour tous et la prise en compte du patrimoine et de la culture »

 

Une carte des formations au désavantage des moins formés

Cette commission permanente est aussi l’occasion pour les élus de se prononcer sur la carte régionale des formations et notamment les ouvertures et fermetures de sections. Fatima Parret, membre de la commission formation réagit : « Cette carte reflète l’abandon de celles et ceux qui ont le plus besoin d’être accompagnés. Nous regrettons la disproportion entre les ouvertures de BTS très importantes (324) et l’offre de formations en CAP et bac professionnels qui baisse. Cet écart se fait au désavantage des niveaux de premières qualifications. »