URGENT : soutien des élus régionaux aux lanceurs d’alerte de Greenpeace interpellés ce matin à la centrale du Tricastin

Ce matin tôt, des militants de Greenpeace France se sont introduits sur le site de Tricastin, dans le département de la Drôme, pour alerter sur le vieillissement de la centrale nucléaire et exiger sa fermeture au plus tôt.

A 10h ce matin, 26 personnes avaient été interpellées. Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire apportent leur soutien à ces militants qu’ils considèrent comme des lanceurs d’alerte.

Florence Cerbaï, élue RCES de l’Ardèche détaille : « Tricastin a atteint son âge limite. EDF veut imposer une prolongation alors que le site présente de nombreuses failles de sécurité. Nous avons tous en tête le séisme d’il y a quelques mois. Le réacteur n°1 de Tricastin présente de graves déficits en matière de sûreté au regard des exigences françaises et internationales appliquées à l’heure actuelle et les conséquences d’un accident seraient considérables, mettant en péril les riverains, l’environnement et l ‘économie locale. »

Corinne Morel Darleux, élue RCES de la Drôme complète : « Les risques et limites du nucléaire ont été soulignés et répétés depuis des années, sans être entendus. Les catastrophes de Tchernobyl ou de Fukushima auraient du être des alertes absolues. Et pourtant, nous sommes toujours dépendants en France de cette production d’énergie coûteuse et dangereuse. Les militants de Greenpeace agissent pour l’intérêt général avec ce mode d’action, pour qu’enfin soit entendue cette préoccupation majeure. Les intérêts économiques ne peuvent pas prévaloir sur la sécurité de la population. »