Anti-social : Wauquiez perd son sang-froid

C’est cet air de Trust qui trotte dans la tête des élu-es régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire depuis ce lundi 25 février. Laurent Wauquiez a annoncé dans la presse vouloir expérimenter pendant deux ans au moins un programme de type “droits-devoirs” pour les bénéficiaires du RSA. Ceux-ci, en contre partie des aides sociales devraient faire des heures de travaux d’intérêt général. Cette idée n’est pas une nouveauté chez lui, déjà, lorsqu’il était secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy, il parlait du cancer de l’assistanat, puis en novembre 2016, il mettait en place en Auvergne Rhône Alpes, des sanctions pour les bénéficiaires du RSA (plus accès aux réductions dans les transports, plus de formation pendant 2 ans et plus de RSA) si ceux-ci ne n’assistaient pas à des formations pour les métiers en tensions.

Mais ce combat anti-social fleure l’électoralisme et s’acharne encore et toujours à diviser les français. Laurent Wauquiez veut donner des devoirs aux bénéficiaires du RSA ? Mais ses devoirs à lui, en tant que Président de Région, il en fait quoi ? Il y a à peine une semaine, il a été épinglé par le Haut-commissaire aux compétences, Jean-Marie Marx, dénonçant une baisse de plus de moitié des entrées en formation en 2018 en Auvergne Rhône Alpes.

Fatima Parret, élue RCES membre de la commission formation réagit : « Laurent Wauquiez surfe une nouvelle fois sur les clichés et la division. Etre bénéficiaire du RSA, ce n’est jamais un choix. La vie nous conduit parfois dans des situations difficiles. Et ce qu’on attend d’un responsable politique, de l’institution régionale, ce sont les clés pour s’en sortir. Parmi elles : la formation professionnelle, une des compétences principales de la Région. En Auvergne Rhône Alpes, ce sont plus de 152 millions de baisse subis par les crédits de formation tout au long de la vie, en trois ans. Au nom d’une quête à la baisse des dépenses de fonctionnement, l’Exécutif régional a ainsi sacrifié une partie de la population dont il est sensé s’occuper (former, accompagner vers l’emploi). Ces baisses s’accentuent par la non signature du Pacte d’Investissement dans les Compétences qui aurait permis à la Région de bénéficier d’une partie de l’enveloppe de 15 milliards d’euros. On ne demande pas à Laurent Wauquiez « de faire du social », mais simplement, d’assumer ses devoirs à lui et de proposer un service de formation professionnelle à la hauteur. »