Contractualisation avec l’État : quand Laurent Wauquiez « se couche » devant Emmanuel Macron

Les collectivités territoriales ont jusqu’au 30 juin 2018 pour signer des contrats avec l’État visant à réduire leurs dépenses de fonctionnement en échange de la stabilité des dotations aux collectivités durant le quinquennat. Cette contractualisation ressemble fort à du chantage et peut même apparaître comme une atteinte à la libre administration des collectivités.

Laurent Wauquiez, président de « Les Républicains » se présente partout comme le principal opposant à Emmanuel Macron. Il nous a même habitués à se servir de l’institution régionale pour combattre des décisions nationales. Rapport Duron, loi sur l’orientation, limitation de vitesse à 80 km/h sont autant de sujets qui ont horrifiés Laurent Wauquiez et qui se sont ainsi invités dans les débats du conseil régional.

 

Sur la contractualisation, Laurent Wauquiez a fait une longue intervention lors de l’assemblée plénière de juin : il n’était visiblement pas convaincu, s’agaçait de l’ingérence de « Paris » envers les collectivités régionales et souhaitait des contreparties et des garanties, notamment sur le respect, par l’État, de sa signature (Contrats de Plan).

Pourtant, ce même Laurent Wauquiez va bel et bien signer ce contrat avec l’État en cette fin de semaine, sans aucune contrepartie, ni aucune assurance du respect de la parole de l’État.

Les élu-es régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire sont surpris du manque de combativité de ce prétendu si grand opposant à Emmanuel Macron.

Jean-Charles Kohlhaas, élu RCES membre de la commission finance réagit : « La commission finance de la Région s’est réunie hier. Nous avons très vite compris que la Région allait signer. C’est une abdication politique. La Région se soumet à l’État qui lui-même se soumet aux critères de la Commission Européenne. L’État cherche à faire peser sur les collectivités ce qui relève de ses propres responsabilités : les collectivités ne contribuent que pour 8% à la dette publique, mais représentent par contre 70% de l’investissement public. Laurent Wauquiez a perdu une belle occasion de s’opposer à Emmanuel Macron. Qui sait, peut-être ne sont-ils pas si différents que ça ? »