Les élues régionales RCES craignent un nouveau passe-droit pour les chasseurs en plein confinement

Lyon, 18 novembre 2020

Ce second confinement a entraîné une interdiction de chasse sur tout le territoire, aussitôt tempérée par une circulaire ministérielle le 31 octobre Celle-ci propose une régulation a minima concernant les populations de sangliers et cervidés, et autorise l’extension à d’autres espèces
« susceptibles d’occasionner des dégâts ».
Dès ce 5 novembre, nous avons donc vu fleurir bon nombre d’arrêtés dérogatoires autorisant les activités de « régulation ». Ce fut le cas dans l’intégralité des départements de la Région Auvergne Rhône-Alpes.
Alors que la population fait face à un nouveau confinement, nos artisans et commerçants à une rupture d’activité contrainte, nous avons interpellé le Préfet de Région Auvergne Rhône-Alpes à mesurer l’intérêt général à de telles dérogations. Nous ne souhaitons pas que les chasseurs disposent d’un nouveau passe-droit alors que la plupart des français sont privés d’un accès à la nature et qu’aucune mesure n’est prise pour contrôler la juste application de ces arrêtés.
Fabienne Grebert, présidente du groupe RCES déclare : « Dans cette période difficile, nous souhaitons rassurer la population et mieux cadrer le dispositif mis en place. Sans quoi, ces mesures donneraient l’impression d’une inégalité de traitement dans l’accès aux espaces naturels. Elles ancreraient dans l’esprit de nos concitoyens, l’idée d’un pouvoir politique à la solde d’un lobby puissant qui sert ses propres intérêts, au détriment d’animaux et d’écosystèmes dont nous avons tous et toutes besoin ».