« Les Etats Unis ont Donald Trump. Auvergne Rhône-Alpes a Laurent Wauquiez ». Assemblée plénière du 17 novembre  

 

Tout sécuritaire, stigmatisation des plus précaires, anti écologie primaire, autant de curieuses ressemblances avec la nouvelle présidence états-unienne font surface en ce jour d’assemblée plénière d’Auvergne Rhône-Alpes.

Big brother is watching you

L’assemblée plénière du 17 novembre est placée sous le signe de la sécurité.

Plus aucune surprise pour les élus, ni les journalistes, ni mêmes les citoyens puisque Laurent Wauquiez a annoncé son plan sécurité pour la région près de 3 semaines avant qu’il ne soit voté.

Comme a son habitude, il fait le service après vente des mesures avant même qu’elles ne soient soumises aux élus. Si la communication médiatique est toujours aussi bien rodée, les élus du Rassemblement Citoyen Ecologiste et Solidaire (RCES) s’interrogent sur le fond et la réelle efficacité de ces mesures.

Laurent Wauquiez veut soutenir financièrement l’installation de caméras de vidéosurveillance aux abords des gares, des lycées et dans les espaces publics.

Pour Monique Cosson, présidente du groupe RCES : « C’est dans l’air du temps. Laurent Wauquiez surfe sur les peurs des français. Mais nous pensons que les caméras ne sont pas le meilleur moyen d’assurer la sécurité des français. Les études le prouvent, elles ne sont pas efficaces dans la réduction de la délinquance, ni dans le taux d’élucidation des affaires. Elles sont très chères et ne remplacent pas la présence humaine. Elles ne font que déplacer le problème. Pour nous, il faut renforcer le personnel présent à bord des trains, le nombre d’assistants d’éducation dans les lycées et les effectifs de police de proximité. C’est triste à dire, mais les 1257 caméras de la ville de Nice n’ont pas empêché le terrible attentat du 14 juillet… »

Ce plan prévoit aussi la gratuité des TER pour les forces de l’ordre.

Pour Myriam Laïdouni Denis, membre de la commission sécurité, « Après que la droite ait supprimé 12 000 postes de policiers entre 2007 et 2012, il faudrait désormais qu’ils assurent la sécurité dans les TER bénévolement sur leur temps de repos en échange d’un voyage gratuit… c’est le pompon ! Mais ce n’est pas étonnant quand on sait que le rêve de Philippe Meunier est d’armer les parlementaires. »

Les élus RCES voteront contre le plan sécurité.

 

Devoirs et … devoirs pour les bénéficiaires du RSA

Là encore, ce n’est pas une surprise, les élus vont se prononcer aujourd’hui sur la charte des droits et devoirs des bénéficiaires du RSA (en partenariat avec les départements… de droite).

Des bénéficiaires du RSA (1200 dans la région) seront choisis par les départements pour participer à des formations correspondant à des métiers en tension. La convention avec les départements leur permettra de conserver leur RSA pendant le temps de la formation, mais les contre-parties sont sévères : au moindre faux pas, ils n’auront plus accès aux réductions dans les transports et seront privés de formation pendant 2 ans et bien sûr … de leur RSA !

Pour Fatima Parret, membre de la commission formation : « Accompagner d’avantage les bénéficiaires du RSA dans le suivi des formations et à retrouver une activité est une bonne chose. C’est d’ailleurs ce que nous faisions en Auvergne sous l’ancien mandat, à travers un soutien financier. Cela existait donc déjà. La seule nouveauté ici, ce sont les sanctions. Et quelles sanctions ! Il existe 1000 raisons d’abandonner une formation pour un métier qui n’est pas forcément un premier choix et dont la pénibilité et la précarité sont connues. Supprimer le RSA, interdire les nouvelles formations et réduire à néant la mobilité de ces personnes, c’est tout simplement leur plonger la tête sous l’eau. Nous n’avons pas oublié les discours de Laurent Wauquiez sur les « assistés », nous aurions encore préféré qu’il s’en tienne aux mots. »

Les élus RCES voteront contre la convention RSA.

 

 

Orientations budgétaires : où est la modernité ?

 

Le rapport d’orientation budgétaire a été soumis au débat de l’assemblée régionale.

Pour Jean-Charles Kohlhaas, membre de la commission finances : « Ce rapport est indigent, miséreux et besogneux. En une petite vingtaine de pages, on comprend que le mot d’ordre est investissement et baisse de l’endettement. Nous sommes persuadés que la région a un rôle à jouer dans les investissements d’avenir : transition énergétique, maintien des services publics, sauvegarde des biens communs… Mais avec Laurent Wauquiez, on est loin du compte. Il nous propose à nouveau des projets du passé, qui ont bien 50 ans d’âge, ou qui répondent à quelques intérêts particuliers »

Une vérité qui dérange

A l’heure de la Cop 22, les élus RCES porteront un vœu demandant à ce que des actes significatifs et concrets contre le dérèglement climatique soient pris par le gouvernement.

Pour Emilie Marche, élue RCES intervenante sur ce vœu « Les accords internationaux sur le climat sont essentiels. Mais encore faut-il les transformer en engagements concrets. Par ce vœu nous avons voulu souligné la marge de progression considérable de l’Etat français en la matière. Il ne suffit pas d’illuminer la Tour Eiffel en vert ! Nous demandons au gouvernement d’engager une vraie transition énergétique et la sortie du nucléaire, de renforcer la taxe sur les transactions financières, d’abandonner les projets du passé tels que Notre Dame des Landes ou l’A45,Center Parcs, de refuser les traités de libre échange CETA , Tisa et TAFTA…  Sans cette traduction concrète, les accords vont rester lettre morte et la courbe du réchauffement climatique va s’envoler.»