Florence Cerbaï décortique les mesures sécuritaires de Laurent Wauquiez

Monsieur le président,

Etes-vous certain de vouloir nous soumettre un rapport qui propose si peu pour la sécurité réelle des habitants de notre région. Maintenant que le débat sur la police municipale et son armement ne fait plus la une des médias, la gratuité des TER pour les policiers municipaux apparaît pour ce qu’elle est : un gadget médiatique… une mesure pour exister en termes  de communication.

Passons aux autres points du rapport. Vous vous félicitez d’installer des caméras dans les gares, et dans les communes de la région. En commission on évoque avec fierté le vote de 135 dossiers d’aide à l’installation de camera dans les communes.

J’ai récemment demandé à consulter les dossiers réalisés (entendre des travaux commencés et des factures fournies à la région pour paiement… ) Je m’attendais à y passer la journée ! Or, j’ai été surprise de voir que sur les 135 dossiers votés en commission sécurité, seulement une douzaine étaient en cours de réalisation. Une douzaine de communes, alors qu’on ne parle pas de travaux longs, cela ne nécessite peut-être pas tant d’autosatisfactions de votre part dans les médias.

Bien sûr, quand je vois certains villages non loin de chez moi en zone rurale, demander l’installation de caméra de vidéosurveillance… entre les champs et la mairie. Je ne m’étonne pas que finalement, les maires ne se mettent pas en frais pour conduire ces projets, qu’ils doivent financer pour moitié. Une bonne partie d’entre eux se rend probablement compte qu’ils ont mieux à faire avec l’argent public. Vous pourriez aussi y réfléchir…

En passant j’ai aussi noté que les autorisations ou les demande d’autorisation à la préfecture ne figurent pas toujours dans les dossiers… C’est un peu gênant car ce sont ces documents qui sont sensés valider la nécessité de ces caméras et le respect de la vie privée.

En bref, ces installations de camera sont de l’esbrouffe médiatique. Vous ne nous proposez d’ailleurs aucune évaluation fiable de leur impact.

Car la vidéosurveillance, n’est pas de la vidéoprotection comme vous l’annoncez, c’est là de la malhonnêteté sémantique. Une caméra ne protège pas, dans de rare cas, elle dissuade et permet d’élucider une affaire. Elle ne réduit pas le nombre de victimes.

Reste le 3 e point de ce rapport : 1M d’euros pour aider les communes à installer des plots anti voiture bélier, et là surprise, nous remarquons enfin une mesure simple et utile. Une mesure attendue car jusqu’à aujourd’hui les lycéens n’étaient pas protégés et ce malgré les énormes investissements sur des portiques de sécurités eux aussi très médiatique, qui se sont, dans le réel, transformés en tourniquets mal conçus. Vous évoquiez ce matin ce lycée d’Annemasse qui vous aurait appelé à l’aide. Ils risquent d’être déçus. Car nous avons, nous aussi, des nombreux exemples de ces vos soi-disant portiques qui ne fonctionnent pas, et ne répondent pas aux besoins ! Rien qu’à Aubenas, il a fallu désincarcérer une personne qui s’y était coincé. Peu après sa mise en service, il a donc été scié puis réparé à grand frais. Il est maintenant hors service depuis 6 mois, après avoir été saboté sous le regard des caméras, sans qu’on puisse trouver le responsable. J’oubliais : certains élèves avaient déjà trouvé le moyen du dupliquer les cartes d’accès pour un coût de 10 euros sur internet. Et puis là-bas comme ailleurs, aux heures de pointe, les équipes sont forcées d’ouvrir les portails voitures pour absorber le flux des élèves qui mettrait sinon une heure à entrer par les tourniquets. Cela les laisse totalement vulnérables à un véhicule malintentionné.

Alors, avec ces plots vous retombez, un peu les pieds sur terre, nous espérons que le reste de votre politique sécurité pourra suivre le même chemin.

Nous demanderons donc un vote par division.