Intervention sur le compte administratif 2020

Pour cette dernière assemblée plénière du mandat, Florence CERBAÏ intervenait sur le compte administratif 2020.
Monsieur le Président,
 
L’exercice du compte administratif 2020 est particulier. Dernière année du mandat, mais surtout année marquée par une crise sanitaire qui a obligé notre collectivité comme toute les autres à s’adapter.
 
Beaucoup de crédits n’ont pas été dépensés : 95 millions d’€ pour l’exploitation des TER, 62 millions d’€ pour les chantiers de lycées… Et évidemment des dépenses imprévues principalement en matière de santé sont à noter dans ce compte administratif. 
 
La Région n’a pas chômé pendant la crise sanitaire, et ce rapport a à cœur de nous le rappeler. Si nous pouvons saluer la réactivité de la Région à la génèse de la crise sanitaire, on peut se demander si certaines dépenses ont réellement été utiles. A croire que l’important pour notre Région n’est pas d’agir mais plutôt de faire savoir qu’elle agit.
 
Ainsi, vous avez déployé au cours de l’année 2020 une grande campagne de tests dans la Région. Nous déplorions alors le manque de coordination avec l’ARS et les communes. Nous déplorons aujourd’hui toutes les dépenses de communication qui ont accompagné cette campagne. Etait-il nécessaire d’envoyer à TOUS les Maires de la région, mêmes ceux dont les communes ne participaient pas à cette campagne, un kit de communication comprenant kakémonos et autres flyers ?
Etait-il nécessaire, en pleine pandémie mondiale, de booster le compte facebook de la Région devenant ainsi le deuxième annonceur facebook derrière Carrefour ? 66 606€ dépensés pour 20 publicités. Est-on réellement dans la Région la mieux gérée de France ?
Enfin, et ce sont les syndicats qui l’on fait remarquer, était-il nécessaire d’offrir à tous les agents bénévoles de la collectivité un kit cadeau composé de masques brodés ou encore d’un bracelet immettable ? Les agents méritent mieux que des cadeaux et notamment des meilleures conditions de travail.
 
Comme pour les panneaux bleus, ces dépenses de communication sont indécelables dans le compte administratif. Mais nous les voyons. Les Auvergnats rhônalpins les voient et sont en droit de se demander à quoi elles servent.
 
Communication toujours, nous votions il y a un an le plan « 1 milliard d’€ pour nos emplois ». Ce rapport nous le rappelle fièrement. Pourtant l’effort régional en matière économique n’est pas d’1 milliard mais de 122 millions d’€. Bel effort, mais là encore noyé dans un effet de communication. La Région ne peut-elle pas reconnaître que la relance économique a été faite en partenariat avec l’Etat et l’Europe ? Par ailleurs, pour cette relance comme pour toutes les aides économiques régionales nous déplorons encore et toujours le manque de critères et de conditionnalité. 1 milliard (ou plutôt 122 millions) pour nos emplois, d’accord, mais alors pourquoi ne pas conditionner l’aide à la non suppression d’emplois ? Pourquoi ne pas mettre des critères de transition écologique ou d’égalité femmes-hommes dans nos aides afin de réellement réorienter l’économie vers les besoin actuels et futurs ? Aujourd’hui, beaucoup d’emplois régionaux, notamment industriels sont menacés. Les vœux que nous examinerons plus tard le prouvent. On peut déplorer que sur les 12 millions prévus dans la section d’investissement « industrie, artisanat, commerce », seuls 3 millions aient été dépensés. 
 
2020, fut l’année de la crise sanitaire, mais également celle de la convention citoyenne pour le climat. Pendant 6 mois, 150 citoyens tirés au sort ont planché et émis des propositions pour réduire significativement nos émissions de gaz à effet de serre. On aurait pu penser que la Région Auvergne Rhône Alpes et sa formidable capacité d’investissement agirait pour le climat et investirait dans la transition écologique. Pourtant en 2020 c’est 23 millions d’€ qui ont été consacré par la région, hors de ses compétences à la RN 88, projet climaticide et destructeur de terres agricoles. 2 millions d’€ en fonctionnement, pour le transport aérien quand on sait que son impact est non négligeable sur les émissions de gaz à effet de serre. On se demande finalement à quoi ont bien pu servir toutes ces économies, ce serrage de ceintures, ces tours de passepasse qui transforment le fonctionnement en investissement, pour finalement continuer le business as usual et passé à côté de l’enjeu du siècle. 
 
Enfin, il est impossible, dans cette intervention sur le dernier compte administratif du mandat, de passer sous silence les baisses subies par le secteur de la formation professionnelle pendant 5 ans.  272 M€ consacré à ce secteur en 2015 , 120 M€ en 2018, et 100 M€ en 2020. La formation professionnelle a été la sacrifiée de ce mandat. Pourtant comment pourrons nous être demain la Région 1ère en tout sans personnel formé, qualifié et accompagné dans son parcours. La Région doit donner du sens à l’avenir et l’orientation des jeunes, sa politique pendant 5 ans a été tout le contraire alliant carotte, bâton et adéquationisme. 
 
Nous retiendrons pour notre part, que vous avez été le seul Président de région a voir son budget annulé par la justice, et ce à deux reprises.