Journée mondiale de la biodiversité : un espoir pour les Chambaran ?

Grâce à la ténacité des associations, la saga juridique autour du projet de Center Parcs à Roybon continue. Les élu-es régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire saluent et remercient ces associations pour l’énergie qu’elles mettent dans cette bataille au service de la zone des Chambaran mais aussi de manière générale au service du droit à l’environnement.

Hier, la cour d’appel administrative de Lyon a rendu son jugement et a demandé à ce qu’il soit procédé à une expertise afin de « caractériser puis redéfinir la superficie des zones humides en vue de la révision des mesures compensatoires ». Elle a ainsi rejeté les arguments du promoteur Pierre&Vacances.

Le groupe des élu-es RCES considèrent cette décision comme un succès encourageant pour la suite. Ils ont toujours combattu ce projet de Center Parcs en pleine zone humide et ont interpellé encore récemment à ce sujet le ministre François De Rugy… sans même recevoir un accusé de réception.

Myriam Laïdouni Denis, élue RCES de la Bièvre et présente aux côtés des associations lors de l’audience au tribunal réagit : « Cette décision représente une avancée pour la sauvegarde de nos ressources vitales dont l’eau. En effet, cette expertise indépendante sera réalisée par un collège d’experts (hydrogéologue, géomètre et botaniste) et devra prendre en compte les nouvelles dispositions juridiques de 2016 (loi biodiversité et schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux) qui abordent l’évaluation de la dégradation de l’environnement sous un angle systémique. Ainsi, l’expertise concernera également les zones humides impactées indirectement par le projet. Chaque zone humide détruite sur notre planète, est une atteinte de plus au pronostic vital de notre humanité, en cette journée mondiale de la biodiversité, cette décision est l’occasion de rappeler qu’à Roybon ou ailleurs, la protection des zones humides est l’affaire de tous et toutes. »