Laurent Wauquiez ou l’obsédé du sécuritaire

Laurent Wauquiez aime bien être sur le devant de la scène. Comme il a du mal en tant que président des républicains, il brasse du vent en tant que président de la région .Ces temps-ci, le thème sécuritaire est au cœur de l’actualité politique avec en débat notamment la question de l’armement systématique de la police municipale. La sécurité des habitants de notre région est importante, mais la réponse ne passe pas par le tout sécuritaire, comme l’ont prouvé de nombreux rapports sur l’inefficacité de la vidéosurveillance notamment.

Alors même que les régions n’ont aucune compétence à la matière, Laurent Wauquiez investit sur fonds publics dans des dispositifs coûteux, dont l’efficacité reste à prouver, alors que des dispositifs existants, du tarif Illico Solidaire à la présence d’agents SNCF, sont eux sabrés. Il a rassemblé ce matin des dizaines de journalistes au siège de la région Auvergne Rhône Alpes pour donner sa vision.

Et ce n’est pas la première fois, les annonces ont un goût de déjà vu :

Après la gratuité des TER pour la police nationale et la gendarmerie, la gratuité pour les policiers municipaux ?

Alors qu’en novembre 2016, la région rendait gratuits les TER pour les forces chargées de la sécurité intérieure, c’est aujourd’hui au tour de la police municipale. Il faut dire que Laurent Wauquiez a des mentors notables : Alain Carignon qui veut faire de même à Grenoble et Philippe Meunier qui voulait armer les députés.

Pour Jean-Charles Kohlhaas, élu RCES membre de la commission transport : « Cette idée n’est pas nouvelle. Après 2 ans d’expérimentation de la gratuité des TER pour la police nationale et la gendarmerie, on n’a aucun bilan. Nous ne savons pas en quoi cela a amélioré la sécurité des voyageurs. Les policiers ne prennent pas le train parce qu’il est gratuit, mais pour leurs besoins de déplacements. La gratuité a-t-elle augmenté leurs déplacements ? Ce serait surprenant. Il ne peut donc y avoir plus de policiers dans les trains… Bref, notre Président de Région est encore dans la communication. Pour les policiers municipaux ils ne peuvent intervenir en dehors de leurs territoires municipaux… »

Un « nouveau » centre régional de vidéo-protection ferroviaire

 C’est l’une des grandes annonces de ce matin.

Florence Cerbaï, élue RCES membre de la commission sécurité, réagit : « Ce centre a été voté il y a plusieurs mois. Laurent Wauquiez a déjà eu l’occasion de s’en vanter. Les votes en commission sécurité concernent exclusivement la vidéosurveillance et ce centre fait la fierté de l’exécutif. Pourtant, des caméras dans des espaces ouverts n’ont jamais assuré la sécurité de personne. Elles peuvent parfois être facilitantes pour les enquêtes mais rien ne remplacera la présence humaine notamment dans la gare et dans les trains. Il n’y a plus assez d’agents SNCF dans les trains, notre priorité devrait être celle-ci. »

Et une dernière pour la route : la délégation des pouvoirs de police en matière ferroviaire

Laurent Wauquiez souhaite se voir déléguer des pouvoirs de police en matière de sécurité ferroviaire. Pour Jean-Charles Kohlhaas : « Cette idée sort de nulle part. Sauf à dire que la police nationale ne fait pas correctement son travail, je n’en vois vraiment pas la nécessité pour les auvergnats et rhônalpins, si ce n’est pour un, Laurent Wauquiez, qui encore une fois agite la polémique autour de lui. »

 

* Les élus RCES ont adressé un courrier au Préfet de Région au titre du contrôle de légalité : pour eux, la Région est hors compétence quand elle finance de la vidéosurveillance sur les routes nationales. Réponse attendue d’ici la fin du mois.